Julien Benneteau : " On n'est pas morts "

le
0
Julien Benneteau : " On n'est pas morts "
Julien Benneteau : " On n'est pas morts "

Julien Benneteau, on vous a vu pleurer au terme du double. Qu'avez-vous ressenti ? De la joie. J'ai ressenti de la joie de remporter ce match crucial, de vivre ça en France et de maintenir l'équipe en vie. A la fin, avec l'adrénaline, le public, nous pouvons lâcher et tomber dans l'émotion. Le fait de se rattraper après votre défaite en simple a dû vous procurer encore plus de sensations... Bien sûr, mais c'était mon rôle de me rattraper. Je me devais d'être au top dans l'attitude et dans le combat. C'étaient les consignes de notre capitaine, Arnaud Clément, et avec Michaël, nous l'avons écouté. En Coupe Davis, nous n'avons pas le droit de ressasser une défaite personnelle pour les copains et le staff. Je me devais de répondre présent. Je suis ravi mais mon point de vue personnel, on s'en fout un peu car je l'ai fait avec Michaël. Et puis, ça prendra vraiment du sens si nous battons l'Allemagne. Dimanche, la journée risque d'être assez longue... J'espère qu'elle le sera en tout cas. Le sentiment d'aujourd'hui, c'est « on n'est pas morts ». Après, nous verrons. Le papier ne veut rien dire. Regardez ce qu'il se passe pour la Suisse notamment. Nous assumons notre rôle de favoris mais cela ne veut rien dire en sport. Gagnons déjà le deuxième point et nous verrons. Jouer des matchs comme ceux de dimanche, cela doit être excitant pour un joueur de tennis ? C'est le summum pour un joueur de tennis. Pour gagner, il faudra être costaud et j'espère que nous le serons.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant