Julie Gayet, ou la revanche de Ségolène Royal

le
0
Julie Gayet au 15e Festival de la fiction TV à La Rochelle, le 11 septembre 2013.
Julie Gayet au 15e Festival de la fiction TV à La Rochelle, le 11 septembre 2013.

Par une curieuse ironie de l'histoire, Julie Gayet a approché François Hollande grâce à Ségolène Royal. On est alors à quelques mois de la présidentielle de 2007. L'actrice a le coeur socialiste. Son père, Brice Gayet, est un célèbre professeur de médecine lui-même marqué à gauche, qui a choisi d'exercer la chirurgie digestive dans une structure mutualiste (l'Institut mutualiste Montsouris, à Paris). C'est Bernard Murat, le metteur en scène de théâtre, qui présente Julie Gayet à Ségolène Royal. L'homme est un vieil ami du couple Royal-Hollande (il est resté proche du président de la République), et la jeune fille a envie de s'engager pour la candidate socialiste. Son rôle est toutefois limité. Elle ne participe aucunement aux réunions stratégiques, mais s'affiche, comme d'autres, lors des meetings de la candidate. Elle participe à deux réunions publiques importantes, dont l'une à Bordeaux, et laisse aux équipes de campagne l'image d'une jeune femme enjouée, la plus sympathique de tous les artistes qui épaulent Ségolène Royal.Image plus sympathiqueEn 2011, rebelote. Julie Gayet intègre au fur et à mesure l'entourage du candidat socialiste (François Hollande, donc). Elle a conservé de la campagne précédente plusieurs amis, dont Dominique Besnehard, l'ex-agent de stars et producteur, et Julien Dray. L'une de ses premières apparitions publiques, c'est à la halle Freyssinet, fin octobre 2011, lors de l'investiture...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant