Julian Assange, coincé depuis deux ans à l'ambassade d'Equateur à Londres

le
0
Julian Assange, coincé depuis deux ans à l'ambassade d'Equateur à Londres
Julian Assange, coincé depuis deux ans à l'ambassade d'Equateur à Londres

Reclus depuis deux ans à l'ambassade d'Equateur à Londres, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange s'est employé mercredi à faire bonne figure, affirmant coopérer avec Edward Snowden et s'activer pour laver son nom, sans grand espoir d'une libération rapide.Au cours d'une audio-conférence de presse mercredi, à la veille du deuxième anniversaire de son arrivée à l'ambassade, l'Australien de 42 ans a assuré que WikiLeaks était toujours actif, même si le site qui a fait trembler les Etats-Unis en diffusant quelque 700.000 documents secrets, fait bien moins parler de lui qu'avant.Il a souligné que, depuis 2013, le rôle de WikiLeaks s'était "étendu à la protection d'Edward Snowden", sous forme d'assistance juridique. L'ex-consultant poursuivi par les Etats-Unis pour ses révélations sur l'étendue des écoutes de l'Agence de sécurité nationale (NSA) se trouve actuellement en Russie."Ce faisant, je crois que nous avons démontré l'excellence de notre travail", a estimé Assange, refusant toutefois de dire s'il était en contact direct avec l'Américain. Il a par ailleurs fait état de "projets de recherche en cours", sans plus de précisions.Confiné dans l'appartement qui sert d'ambassade à l'Equateur dans le quartier huppé de Knightsbridge, à deux pas des magasins Harrods et étroitement gardé par la police britannique, Julian Assange a reconnu que sa situation créait "quelques difficultés"."Mais d'un autre côté, à la différence d'autres reporters travaillant sur la sécurité nationale (...), je ne peux pas être cité à comparaître, la police ne peut pas frapper à la porte, ni le jour ni la nuit", a-t-il ajouté."Il y a des gens qui sont dans une situation plus difficile", a encore commenté Julian Assange, citant le soldat américain Chelsea Manning, condamné à 35 ans de prison en cour martiale pour avoir transmis à WikiLeaks les documents classifiés que le site a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant