Julian Assange : «C'est possible que je sois condamné à mort»

le
2
Julian Assange : «C'est possible que je sois condamné à mort»
Julian Assange : «C'est possible que je sois condamné à mort»

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, n'exclut pas d'être condamné à mort si les Etats-Unis le jugeaient pour son rôle dans la publication de 250 000 télégrammes diplomatiques et 500 000 rapports militaires classés secrets défense. «C'est possible en fonction d'un changement politique aux Etats-Unis que je sois condamné à mort, probablement que non. Toutefois, cela ne veut pas dire que le risque n'existe pas», affirme-t-il dans une interview à la chaîne suisse RTS, diffusée lundi.

Une autre hypothèse, selon le cybermilitant, serait qu'il soit «réduit au silence», une «mise au secret» qui serait apparentée à un statut de «mort vivant». Il juge un arrangement avec les Etats-Unis «très peu probable». Réfugié depuis 2012 dans l'ambassade d'Equateur à Londres, il témoigne d'une situation très difficile : «C'est quelque chose qui est difficile pour moi, et beaucoup plus encore pour mes enfants et les membres de ma famille.»

Mais au micro d'Europe 1 lundi, Julian Assange s'est montré pugnace : «Je sais que si je devais effectivement finir aux Etats-Unis, je me battrais très certainement, et il en coûterait, croyez-moi, politiquement, au gouvernement américain, que de me faire tomber.»

Méfiance à l'égard de la Suède

Outre les accusations liées à l'affaire Wikileaks, Julian Assange fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la part de la justice suédoise pour des accusations d'agressions sexuelles, qu'il nie. Selon les termes du mandat, il ne peut sortir de l'ambassade d'Equateur sans être arrêté par la police britannique et renvoyé en Suède. Julian Assange craint d'être ensuite extradé vers les Etats-Unis.

D'où la méfiance dont il témoigne à la radio : «Je me suis rendu en Suède, j'y ai passé du temps. Les accusations ont été abandonnées en Suède et ressuscitées juste après la publication de nos documents ! Voilà pourquoi nous sommes aussi méfiants vis à vis de la Suède. Si les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 2 mar 2015 à 18:58

    Et ma foi, quand on publie des documents top secrets...en règle générale on est victime d'un accident, on glisse dans sa baignoire et pas de chance en plein sur la tête. faut assumer, mon vieux.......

  • charleco le lundi 2 mar 2015 à 16:24

    Si on savait tout sur les USA, la CIA, l'OTAN, etc... j'en passe.