Juges et politiques contestent la création d'un procureur national pour les délits financiers

le
0
Manque de clarté sur son champ de compétence, suspicion concernant son indépendance? la réforme annoncée par François Hollande après l'affaire Cahuzac inquiète déjà les professionnels.

«Un objet judiciaire non identifié» retoqué deux fois par le Sénat avant que la navette parlementaire ne le fasse passer en force mardi. L'installation par une loi organique d'un procureur financier à Paris qui aura compétence nationale fait grincer des dents depuis des mois, du côté des politiques comme des magistrats. Ces derniers, à travers l'Union syndicale des magistrats - le syndicat majoritaire -, pointent les failles de ce deuxième parquet parisien dont la mission sera de lutter contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique. «Un seul homme sera en charge de toutes les grandes affaires économiques et financières, avec la possibilité d'aspirer toutes les procédures en cours s'il le souhaite. Il pourra choisir les affaires qu'il voudra traiter, et en accélére...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant