Jugé pour meurtre et viol trente ans après les faits

le
0
UN HOMME JUGÉ POUR MEURTRE ET VIOL 30 ANS APRÈS LES FAITS
UN HOMME JUGÉ POUR MEURTRE ET VIOL 30 ANS APRÈS LES FAITS

STRASBOURG (Reuters) - Un homme de bientôt 54 ans sera jugé à partir de jeudi par la cour d’assises du Bas-Rhin pour meurtre, viol et tentative de meurtre sur deux jeunes filles mineures, un procès permis 30 ans après les faits par les nouvelles techniques d'investigation.

C’est une empreinte palmaire relevée à l’époque, quand la technique des empreintes génétiques était encore balbutiante, qui a permis d’interpeller Nicolas Charbonnier, en janvier 2013, à la suite de son inscription au fichier des empreintes digitales pour un vol "banal".

L'homme s’introduisait nuitamment au domicile de ses victimes qu’il tentait d’asphyxier dans leur sommeil avec une cordelette avant de les agresser sexuellement.

Nicolas Charbonnier avait violé Marion, 11 ans, en 1986 à son domicile. La fillette avait survécu. Deux mois plus tard, Martine, 17 ans, était morte étranglée dans son lit.

Deux autres tentatives de meurtres au mode opératoire similaire, dont l’une a été reconnue par l’accusé, commises en 1985 et 1986 sur des jeunes femmes majeures, ne seront pas jugées en raison de la prescription des faits.

Nicolas Charbonnier, chez lequel les experts n’ont pas décelé de trouble psychique susceptible d’avoir influé sur son comportement, encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Ses avocats feront valoir, comme circonstance atténuante, le fait que ce père de famille a par la suite mené une vie "banale" et qu'il "n'est plus le jeune homme de 23 ans qui avait commis les faits", a dit à Reuters Me Caroline Bolla.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant