Judo. Privé de JO, Korval « va se battre ! »

le , mis à jour à 22:33
0
Judo. Privé de JO, Korval « va se battre ! »
Judo. Privé de JO, Korval « va se battre ! »

La décision est tombée en marge des Championnats d'Europe de Kazan (Russie) auxquels il ne participe pas. Loïc Korval (28 ans) ne pourra pas disputer les Jeux olympiques de Rio l'été prochain (5 au 21 août). Le judoka (- 66 kg) de Longjumeau-Massy n'aura pas purgé sa suspension d'ici là, selon une décision rendue ce jeudi par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

« Le Collège de l'AFLD a conclu que le sportif en cause devra s'abstenir de toute participation aux manifestations organisées par sa Fédération d'appartenance pour une période de six mois et treize jours à compter de la date à laquelle il recevra notification de l'arrêt du Conseil d'État du 15 avril 2016 », a indiqué l'instance dans un communiqué.

Mais Korval, qui nous avouait le week-end dernier « être loin d'être résigné pour Rio », va déposer un recours devant le Conseil d'État. « L'AFLD considère que Loïc Korval a purgé 5 mois et 17 jours de suspension entre le 11 décembre 2014 (date de la notification temporaire de la sanction par la Fédération française de judo) jusqu'au 10 avril (date de la rétraction de la FFJ) puis entre le 12 octobre (date de la notification de la sanction par l'AFLD) jusqu'au 1er décembre 2015 (date de la suspension de la sanction après notre recours devant le Conseil d'Etat), constate son avocat Guillaume Tapie. L'AFLD ne respecte pas la dernière décision du Conseil d'Etat et tente de faire exécuter une deuxième fois la même sanction. Un athlète de haut niveau a des obligations mais aussi des droits comme celui de disputer les JO de Rio. Loïc n'est pas du tout abattu. Il est au contraire déterminé à se battre ! »

Si l'Essonnien obtient gain de cause, il lui faudrait ensuite décrocher son billet pour Rio sportivement. Et pour cela, le double champion d'Europe devra se maintenir dans le Top 22 mondial, duquel il est sorti en raison de sa suspension de deux ans (réduite à un an la semaine dernière), ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant