Juande Ramos face à ses créations

le
0
Juande Ramos face à ses créations
Juande Ramos face à ses créations

Entraîneur black-listé suite à ces ratés à Tottenham puis au Real Madrid, Juande Ramos n'en reste pas moins le tacticien le plus titré du FC Séville. Un club andalou qui retrouve ce mercredi une autre créature de l'Espagnol : le Dnipro Dnipropetrovsk qu'il a dirigé quatre ans durant.

" C'est le défi le plus excitant de ma carrière". A chaque présentation d'un nouvel entraîneur, l'heureux élu répète le même discours. Juande Ramos ne fait pas exception à la règle. Par au moins deux fois, le natif de Pedro Muñoz a rabâché tel refrain : en 2005 et en 2010. En cinq ans d'intervalle, il a ainsi enjoué les supporters du Séville FC puis du Dnipro Dnipropetrovsk, deux clubs qui se retrouvent aujourd'hui au sommet de la petite Europe et qui portent son empreinte. "Le style de Séville n'a rien à voir avec la façon de jouer du Dnipro, prévient-il face aux dictaphones de l'agence Efe. Séville est une équipe que nous connaissons tous, une équipe qui pèse sur le sol européen. Le Dnipro est lui plus travailleur, composé de joueurs qui se sacrifient et qui sont physiquement au point". Des différences actuelles qu'il synthétise à travers "l'inexpérience du Dnipro en Europe". Une situation de prépubère face aux vastes terres continentales que connaissaient également les Palanganas avant la venue du dit Juande. Et que connaissent désormais les Ukrainiens après sa venue.

Jean Dollar et son chemin de croix


Sa carrière d'anonyme footballeur professionnel terminée, Juande Ramos se rapproche illico d'une guérite qu'il a longtemps couvé - en quatre saisons de Primera Division à Elche, il n'a foulé qu'à trois reprises la pelouse. Doté d'une réelle intelligence tactique, mais sans fait de gloire, il ne laisse que peu de souvenirs aux cinq premiers clubs dont il écume les bancs. Et ce jusqu'en 1998 et son arrivée dans le barrio madrilène de Vallecas. En trois ans, il remplace la grisaille de la Liga Adelante pour les strass et les paillettes de la Coupe de l'UEFA. Une montée en 1999, une neuvième place en 2000 et un parcours jusqu'en quarts de finale de la C3 en 2001 lui construisent une place de légende du Rayo Vallecano. Et un statut d'entraîneur au style chatoyant et aux résultats victorieux. De même, Jean de la Croix - Juan de la Cruz en VO - bâtit ses premiers liens avec la Coupe sans les grandes oreilles. Après de courtes expériences au Betis, à l'Espanyol puis à Malaga, le challenge sevillista se propose en 2005. Avec un effectif déjà bien rôdé, une institution solidement en place et des ambitions élevées, il s'éclate.

En l'espace de deux saisons, Juande Ramos devient alors l'entraîneur le plus chéri de l'histoire des Palanganas.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant