Juan Román Riquelme et ses pages jaunes

le
0
Juan Román Riquelme et ses pages jaunes
Juan Román Riquelme et ses pages jaunes

C'était il y a dix ans. Fin avril 2006, Juan Román Riquelme emmenait Villarreal jusqu'en demi de Ligue des Champions, mais se ramassait lui-même sur la dernière marche.

Il pose son ballon, tourne le dos, souffle, grimace et crache. Il fait tout ce qu'il peut pour ne pas poser les yeux sur Lehmann qui gesticule sur sa ligne. Après tout, c'est exactement ce qu'il cherche. Et puis, il finit par craquer. Un petit regard en biais. Lehmann ouvre les bras et reste immobile. Il a fait le plus dur : il l'a déstabilisé. L'Allemand se redresse et n'a plus qu'à choisir le bon côté. Un autre crachat. Un coup de langue sur les lèvres. D'abord des petits pas, et puis une plus large foulée. Il choisit le côté ouvert. Lehmann aussi. Il sort la balle des deux bras. Ses coéquipiers essayent tant bien que mal de récupérer le ballon, mais non, ça sortira en corner. Et Juan Román Riquelme reste là, statique, au point de pénalty. Il ne peut plus bouger, ses jambes sont clouées au sol. Il regarde le temps défiler, les gens s'agiter autour de lui, le Madrigal s'éteindre. Villarreal avait l'occasion d'acheter des prolongations, d'aller en finale de Ligue des Champions, il n'en sera rien.

Doloroso recuerdo para el crack. Hoy se cumplen 10 años del penal que erró Riquelme ante el Arsenal. pic.twitter.com/uKVIXgU0At

— Diario Popular (@populardiario) 25 avril 2016
De la bouche de Juan Román Riquelme, c'est l'un de ses plus tristes souvenirs. Après le match en conférence de presse, il est abattu : "Je m'en souviendrai toute ma vie. Je pensais qu'on était meilleur qu'Arsenal et qu'on méritait de jouer la finale. On n'a manqué un peu de chance et puis j'ai raté ce pénalty." La dure loi du football. Tel un Roberto Baggio à Pasadena, c'est l'image qu'il reste de lui à Villarreal. Dix ans après, il y a toujours ce pénalty raté. Et pourtant, il s'est passé tellement de belles choses quand il était là.

La fameuse réponse du terrain


Comme on peut le voir aujourd'hui du côté de Manchester, Louis van Gaal a certes un joli palmarès, des méthodes qui ont fait leurs preuves, des qualités indéniables. Mais aussi des défauts. Dont l'opiniâtreté. En 2003, Juan Román Riquelme débarque à Barcelone en…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant