Juan Martín del Potro, "la Tour de Tandil", ne vacille plus

le
0
Juan Martín del Potro a battu le Croate Marin Cilic au terme d'un match marathon qui a mis l'Argentine sur les rails de sa victoire en finale de la Coupe Davis, à Zagreb.
Juan Martín del Potro a battu le Croate Marin Cilic au terme d'un match marathon qui a mis l'Argentine sur les rails de sa victoire en finale de la Coupe Davis, à Zagreb.

À 360 kilomètres au sud de Buenos Aires, au pied d'une petite chaîne montagneuse qui surgit des plaines de la pampa, la ville paisible de Tandil n'en finit plus de vibrer. Depuis son retour sur le circuit en février 2016, Juan Martín del Potro enchaîne les victoires-surprises et les matches à suspense. Ce dimanche, à Zagreb, le joueur de 28 ans a été le héros de l'Argentine, qui a retourné la situation face aux Croates dans les deux derniers simples, pour s'imposer 3 à 2.

La « Tour de Tandil », surnom donné à Juan Martín del Potro, c'est avant tout 1 mètre 98 de pure détermination et un colosse aux poignets fragiles. Après sa première opération en 2010, quelques mois après avoir remporté l'US Open, del Potro lutte contre la douleur pendant cinq ans. Des saisons en dents de scie, loin de son meilleur niveau. Quatre opérations plus tard, lorsqu'il annonce son retour en février 2016, il est 1 042e au classement ATP.

Un mental d'acier

Le parcours épique de l'enfant de Tandil laisse sans voix. « Il faut être honnête. Même ceux qui connaissent bien le tennis ne pensaient pas que cela pouvait arriver », déclare-t-il, après avoir remporté le tournoi de Stockholm fin octobre, son 19e titre, mais le premier depuis trois ans. Depuis, il enchaîne les exploits. « Sincèrement, je ne pensais pas gagner un autre tournoi, admet-il à Stockholm. Évidemment, je ne m'attendais pas non plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant