JPMorgan pénalisé par la banque d'investissement au T1

le , mis à jour à 17:59
0
    * BPA de 1,35 dollar au T1 (consensus: 1,26 dollar) 
    * PNB de $24,08 milliards (consensus: 23,40 milliards) 
    * Hausse des provisions liées au secteur de l'énergie 
    * L'action monte 
 
 (Actualisé avec précisions, déclarations de Dimon, cours de 
Bourse) 
    par Sweta Singh 
    13 avril (Reuters) - JPMorgan Chase  JPM.N , la première 
banque des Etats-Unis par les actifs, a annoncé mercredi une 
baisse de son bénéfice net trimestriel, la première en cinq 
trimestres, en raison de la montée des créances douteuses dans 
le secteur de l'énergie et de la diminution des revenus de 
banque d'investissement. 
    Son bénéfice par action et son produit net bancaire (PNB) 
ont toutefois dépassé les estimations des analystes, revues en 
baisse au fil des mois.  
    L'action JPMorgan gagnait 3,6% à 61,42 dollars vers 15h14 
GMT à Wall Street, la plus forte hausse de l'indice Dow Jones 
 .DJI , qui prenait alors 0,61%. Le titre entraînait dans son 
sillage plusieurs valeurs du secteur, comme Goldman Sachs  GS.N  
(+2,7%) ou Bank of America  BAC.N  (+3,1%). 
    Le bénéfice net de JPMorgan est revenu à 5,52 milliards de 
dollars (4,88 milliards d'euros) sur janvier-mars, contre 5,91 
milliards sur la même période l'an dernier. Le bénéfice par 
action est quant à lui passé de 1,45 à 1,35 dollar.  
    Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un bénéfice 
par action de 1,26 dollar selon Thomson Reuters I/B/E/S.  
    Quatorze des 29 analystes suivant la valeur avaient abaissé 
leur estimation de bénéfice par action au cours des 30 derniers 
jours, de 1,5% en moyenne, selon les données Reuters.  
    Le PNB a diminué de 3% à 24,08 milliards de dollars, 
dépassant le consensus qui le donnait à 23,40 milliards. Les 
revenus tirés des marchés de taux fixes, l'une des activités les 
plus volatiles de JPMorgan, ont chuté de 13,4% à 3,60 milliards. 
    JPMorgan est la première banque américaine à publier ses 
résultats depuis que la Réserve fédérale a décidé mi-décembre de 
relever ses taux d'intérêt d'un quart de point, leur première 
hausse depuis près de dix ans.  
    La baisse des cours des matières premières et du pétrole, le 
ralentissement en Chine, la faiblesse des taux d'intérêt, 
l'augmentation des coûts liés à la réglementation et les besoins 
de renforcement des fonds propres se sont soldés pour le secteur 
bancaire par son plus mauvais début d'année depuis la crise 
financière de 2007-2008. 
     
    LES PROVISIONS ORIENTÉES À LA HAUSSE  
    Si l'activité sur les marchés actions est repartie à la 
hausse en mars, ce rebond n'a pas suffi à compenser la faiblesse 
des volumes de transactions subie en janvier et février.  
    Sur l'ensemble du trimestre, les revenus de banque 
d'investissement du groupe ont ainsi chuté de 24,5% à 1,23 
milliard de dollars. Un recul à comparer à celui de 29% 
enregistré pour l'ensemble du secteur, qui fait de la période le 
pire premier trimestre vécu par les banques depuis 2009. 
    Sur janvier-mars, les provisions pour créances douteuses du 
groupe ont pratiquement doublé à 1,82 milliard de dollars, 
principalement en raison de la montée des risques sur le segment 
du pétrole et du gaz et sur celui des mines et métaux.  
    La directrice financière, Marianne Lake, a expliqué lors 
d'une téléconférence avec des analystes que le groupe pourrait 
devoir augmenter de 500 millions de dollars cette année ses 
provisions sur créances douteuses concernant le secteur du 
pétrole et du gaz, ce qui les porterait à environ un milliard.  
    Mais le directeur général, Jamie Dimon, s'est affiché plus 
optimiste sur la conjoncture globale, évoquant des tendances 
favorables dans le crédit à la consommation et disant exclure 
une récession en 2016.  
    Le groupe a par ailleurs précisé que ses dépenses hors 
intérêts avaient diminué de 7% au premier trimestre, à 13,84 
milliards, grâce à la réduction des coûts de litiges.  
    En Bourse, le titre JPMorgan a accusé une baisse de 10,3% 
sur les trois premiers mois de l'année, un recul moins marqué 
que celui de ses cinq principaux concurrents américains. 
    Bank of America  BAC.N  et Wells Fargo & Co  WFC.N , 
respectivement deuxième et troisième banques du pays, doivent 
publier leurs comptes jeudi.  
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
Le communiqué de JPMorgan     http://bit.ly/1S9NNDF 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette 
Rouillon) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant