Joyeuses fêtes : les cadeaux de Noël, un énorme gâchis économique

le
3
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

"Le fardeau de Noël". Dans une étude publiée en 1993 dans l'American Economic Review, le chercheur Joel Waldfogel révèle le gâchis économique lié aux cadeaux trouvés sous le sapin. Selon l'Américain, la plupart des présents offerts pendant les fêtes sont mal choisis. Et l'économiste d'affirmer que le gâchis attribué à ces cadeaux ratés se situe entre 15 et 20 % du prix d'achat des biens.Selon l'éditorialiste américain Tim Hartford, qui cite l'étude de Joel Waldfogel dans le Financial Times, le gâchis représenterait tout de même bien plus de dix milliards de dollars gaspillés chaque année aux États-Unis. L'économiste a quant à lui indiqué dans son ouvrage Scoogenomics : Why you shouldn't buy presents for the holidays paru en 2009 que les pertes s'élèveraient chaque hiver à 85 milliards de dollars.Le chercheur explique ainsi que lorsqu'on achète un bien pour soi-même, chaque dollar dépensé produit au moins un dollar de satisfaction. Dans ce cas-là, le consommateur achète alors des biens qui "valent" plus que ce qu'ils ne coûtent. Au contraire, lorsqu'on choisit un cadeau pour des proches en ne suivant pas leurs recommandations, la satisfaction est loin d'être à son comble, ce qui crée pour l'économiste une destruction de richesse. Il y a "une perte d'un côté, qui n'est pas compensée par un gain pour une autre personne", puisque cette dernière n'apprécie pas le cadeau, rappelle Joel Waldfogel à la chaîne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le vendredi 26 déc 2014 à 00:55

    Complètement ramolli l'économiste fou !

  • stochast le jeudi 25 déc 2014 à 21:13

    Euh... Est-ce qu'il a pensé au bonheur du commerçant qui a vendu le cadeau, cet éminent économiste ? Et à celui de ceux qu'il emploie ?

  • igvisor le jeudi 25 déc 2014 à 18:42

    Parler de Gachis economique pour des biens achetes qui ne servent a rien dans une economie capitaliste c'est du Blaspheme