Jouyet veut éviter le Far West sur le marché du carbone

le
0
L'Autorité des marchés financiers (AMF) et la Commission de régulation de l'énergie (CRE) unissent leurs forces pour réguler le jeune marché du carbone.

« S'il y a un marché à surveiller, où le Far West, risque de s'instituer, c'est bien le marché du carbone », s'est exclamé vendredi Jean-Pierre Jouyet, le président de l'AMF, le gendarme des marché financiers. La Bourse des échanges des quotas de CO2, instituée en Europe en 2005 dans le cadre de la lutte contre le changement climatique est un marché encore jeune, qui ne relevait pas, jusqu'à présent des autorités de régulation. Les volumes échangés sur ce marché, qui permet aux entreprises d'acheter des crédits de carbone lorsqu'elles dépassent leurs plafonds d'émission, devraient augmenter après le démarrage d'une nouvelle phase en 2013. Surtout, à la différence des marchés de l'électricité et du gaz, le marché du CO2 s'est «financiarisé». Aujourd'hui, remarque Jean-Pierre Jouyet, 73 % des volumes échangés le sont sous forme de produits dérivés. Or «dès qu'il y a des dérivés, il y a spéculation», résume le patron du gendarme boursier.

L'A

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant