Jouyet promet d'agir en faveur des régions s'il dirige la CDC

le
0
JEAN-PIERRE JOUYET, PRESSENTI POUR DIRIGER LA CDC, ENTENDU PAR LES DÉPUTÉS
JEAN-PIERRE JOUYET, PRESSENTI POUR DIRIGER LA CDC, ENTENDU PAR LES DÉPUTÉS

PARIS (Reuters) - Pressenti pour accéder à la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), Jean-Pierre Jouyet s'est engagé mardi à renforcer les investissements de l'institution en régions et à veiller à la protection de l'épargne.

L'ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes du gouvernement Fillon, dont la candidature est proposée par le président et le Premier ministre, est tenu d'obtenir le feu vert des commissions des finances de l'Assemblée nationale et du Sénat, étape indispensable avant une nomination en conseil des ministres.

"Les bouleversements que nous vivons sont le signe d'une ère nouvelle, nous ne connaîtrons plus le monde d'avant", a fait valoir Jean-Pierre Jouyet devant les députés.

"L'action du groupe (CDC) doit plus que jamais être tournée vers l'investissement dans le développement local et territorial et le financement des entreprises", a-t-il dit.

A cette fin, Jean-Pierre Jouyet a estimé que la Caisse devrait augmenter son exposition aux infrastructures, au logement et à l'accompagnement des territoires ruraux, sans préciser quels montants il entendait engager.

Il a également souligné que l'épargne des ménages était "très importante" et qu'elle ne pouvait en aucun cas constituer une "variable d'ajustement."

Ancien directeur du Trésor, Jean-Pierre Jouyet a été nommé président de l'Autorité des marchés financiers (AMF) fin 2008, peu de temps après la chute de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers.

Le candidat s'est engagé, s'il était nommé par le gouvernement, à ne pas siéger aux conseils d'administration d'entreprises cotées au sein desquelles la CDC est présente et à ne toucher que la part de rémunération fixe prévue par les statuts de la Caisse.

L'arrivée prévue de Jean-Pierre Jouyet à la tête de la CDC a suscité quelques commentaires embarrassés à gauche, compte tenu de la participation de l'intéressé au gouvernement Fillon I.

"Un regret: que François Hollande n'ait pas eu le panache de nommer Xavier Musca (l'ancien secrétaire général de l'Elysée, NDLR) à la tête de la CDC. Mais Jouyet est clairement un bon candidat", a de son côté réagi l'ancienne ministre du Budget Valérie Pécresse sur son compte Twitter.

Matthias Blamont, édité par Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant