Journées parlementaires du PS : la débâcle !

le
0
Moscovici s'est fait excuser, Cazeneuve est rentré, et seuls 20 députés et 3 sénateurs ont fait le déplacement.
Moscovici s'est fait excuser, Cazeneuve est rentré, et seuls 20 députés et 3 sénateurs ont fait le déplacement.

Des journées parlementaires socialistes à Bordeaux. "Pourquoi Bordeaux ? Alors qu'on est tous à Paris ?" s'interroge l'un des rares parlementaires à avoir fait le déplacement dans la capitale girondine. Hier, dans le vaste amphithéâtre du Palais des congrès, les élus se comptaient : ils étaient moins de 20 députés et 3 sénateurs à écouter Manuel Valls, Christiane Taubira, Marylise Lebranchu exposer leurs problématiques, aux côtés des présidents de la commission des Lois de l'Assemblée (Jean-Jacques Urvoas) et du Sénat (Jean-Pierre Sueur). Comme d'habitude, les ministres de l'Intérieur et de la Justice, chien et chat du gouvernement, ont proclamé chacun leur amitié mutuelle, avant de présenter, chacun, leur conception radicalement opposée de la politique pénale.L'assiduité n'était pas meilleure du côté du gouvernement : Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie, s'est décommandé, et Bernard Cazeneuve, celui du Budget, a abrégé pour prendre un train plus vite... Le coût de ces journées parlementaires est censé être pris en charge par le groupe PS, présidé par l'inénarrable Bruno Le Roux, relais officiel de la Hollandie. Mais le coût du déplacement des ministres présents demeure à la charge de leurs ministères... Bref, tout ce déplacement pour améliorer le dialogue entre le gouvernement et le Parlement a été jugé absolument inutile en cette période de disette.Et sur le fond ?

Sur le fond, Christiane Taubira n'a pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant