Journée mondiale des violences faites aux femmes : n'oublions pas les hommes !

le
0
Capture d'écran du clip de l'association britannique MANKIND pour sensibiliser à la violence faite aux hommes.
Capture d'écran du clip de l'association britannique MANKIND pour sensibiliser à la violence faite aux hommes.

"J'aurais préféré me prendre un bon marron plutôt que de subir ça au quotidien." Pendant des années, Jacques* a subi les attaques incessantes de sa femme. Adultère, humiliations, dénigrement quotidien... Le harcèlement, progressif, insidieux, l'a détruit à petit feu. "Au final, je m'en suis bien sorti malgré une dépression, mais, vous savez, 4 % des victimes de pervers narcissiques se suicident !" Aujourd'hui divorcé, il est tiré d'affaire, mais c'est pour ses enfants qu'il a peur. "Comme elle n'arrive plus à m'atteindre, elle risque de s'en prendre à eux ou d'essayer de les retourner contre moi pour me nuire." Pour Mustapha Bezzari, lui aussi rescapé des griffes d'une perverse narcissique, ce qui a inspiré son roman Les Mutants, ce comportement est typique de ces personnalités nuisibles. "C'est le fonctionnement classique du pervers narcissique. Ce sont des séducteurs extraordinaires, mais dès qu'ils se rendent compte que le charme n'opère plus, ils s'en prennent à ceux qui les ont démasqués." Pour Geneviève Schmit, coach et thérapeute pour victimes de pervers narcissiques, les débuts d'une relation vouée à la violence commencent souvent par une phase idyllique avant de tourner au cauchemar. "Le pervers narcissique ne vit qu'à travers l'image positive que les autres lui renvoient. Il ne peut supporter qu'on le confronte à ce qu'il est. S'il s'estime démasqué ou qu'il sent que celui dont il se nourrit lui échappe, il se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant