Journée décisive pour le robot Philae sur la comète "Tchouri"

le
0

(Précisions après point de presse de l'ESA) BERLIN, 14 novembre (Reuters) - Les scientifiques de l'Agence spatiale européenne (ESA) tentaient vendredi d'effectuer avec le robot Philae une manoeuvre périlleuse de forage pour recueillir et analyser des échantillons de la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko ("Tchouri") avant que la batterie du robot ne soit déchargée. Ils envisagent également de tenter de déplacer Philae pour lui assurer une meilleure stabilité et permettre à ses panneaux solaires d'être mieux exposés à la lumière. Le robot de 100 kilos, largué mercredi par la sonde Rosetta après une odyssée qui a duré dix ans et l'a menée à 500 millions de kilomètres de la Terre, se trouverait à environ un kilomètre du lieu prévu d'atterrissage. N'ayant pu déployer les harpons destinés à l'arrimer à la comète, il repose de façon instable sur deux de ses trois "jambes". Le robot est à l'ombre d'une paroi, exposé au soleil seulement une heure et demie par période d'un peu plus de douze heures, au lieu des six à sept heures escomptées, ce qui rend problématique l'utilisation des panneaux solaires qui doivent l'alimenter une fois sa batterie primaire vidée, probablement dans la journée. Les scientifiques espèrent que Philae parviendra à prélever des échantillons qui leur apporteront de nouvelles informations sur la formation du système solaire, voire de la vie dans l'univers. Lors d'un point de presse en début d'après-midi, l'ESA a précisé que Philae avait déployé sa foreuse de plus de 25 cm. La liaison radio avec Rosetta, qui permet de recueillir les données collectées, a été interrompue en raison du déplacement de la sonde en orbite et ne sera pas rétablie avant 21h00 GMT. "Nous ne savons pas si la batterie aura encore assez de puissance pour transmettre les données", a dit Stefan Ulamec, du centre aérospatial allemand DLR. Les comètes datent de la formation du système solaire il y a environ 4,6 milliards d'années et certains scientifiques avancent l'hypothèse qu'elles ont apporté l'eau sur Terre. (Victoria Bryan, Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant