Journée d'hommages à Michel Rocard, une «personnalité lumineuse» pour Hollande

le , mis à jour à 15:48
2
Journée d'hommages à Michel Rocard, une «personnalité lumineuse» pour Hollande
Journée d'hommages à Michel Rocard, une «personnalité lumineuse» pour Hollande

Un triple hommage pour Michel Rocard. Conformément à ses vœux, l'ancien Premier ministre décédé samedi à 85 ans a eu droit à trois cérémonies ce jeudi 7 juillet. D'abord au temple protestant de l'Etoile à Paris (XVIIe) pour un «culte d'adieu», puis un hommage national aux Invalides en présence de François Hollande et de nombreuses personnalités et enfin une cérémonie au siège du PS, rue de Solférino.

 

Aux Invalides, l'ancien secrétaire général de la CFDT Edmond Maire a pris la parole, suivi par François Hollande le président de la République. Le Premier ministre Manuel Valls était présent en compagnie de certains de ses prédécesseurs à Matignon, de gauche comme de droite : Lionel Jospin, Edith Cresson et Alain Juppé. Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a salué comme d'autres la personnalité de Michel Rocard, était également là, tout comme François Bayrou et Nicolas Sarkozy.

 

Au siège du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, et Manuel Valls ont également rendu hommage à Michel Rocard.

 

>> Revivez les trois cérémonies d'hommage

 

15 heures. Fin de l'hommage au siège du PS. La Marseillaise retentit rue de Solférino.

 

 

Les socialistes et Jean-Vincent Place quittent Solférino: pas un mot devant les micros. Ils se tapent la bise et disparaissent. #Rocard

— Laïreche Rachid (@RachidLaireche) 7 juillet 2016

 

14h57. «Je me souviens de lui disant si on ne se coltine pas la dureté du monde, on se condamne à ne jamais le changer», lance Manuel Valls. Le Premier ministre a énuméré les «avancées sociales» dues à Michel Rocard: «Il n'a jamais craint de bousculer sa famille politique», a souligné celui qui est souvent critiqué pour son autoritarisme.

 

14h45. Le Premier ministre, Manuel Valls, prend la parole: «Un intellectuel, un homme d’état, un militant socialiste, voilà ce que la France a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 11 mois

    Grace à lui ils se sont auto-amnistiés en 89. et on a un impôt de plus qui a bien grandi depuis. Sans parler du RMI Qui permet aux fouriens de se la couler douce à nos frais.

  • M4098497 il y a 11 mois

    Que pourra -t-on dire de Hollande ?