Journée à haut risque dans le monde musulman

le
2
LA COLÈRE CONTRE LE FILM ISLAMOPHOBE S'ÉTEND À L'AFGHANISTAN
LA COLÈRE CONTRE LE FILM ISLAMOPHOBE S'ÉTEND À L'AFGHANISTAN

par Edmund Blair

LE CAIRE (Reuters) - Vendredi, jour de grande prière dans le monde musulman, est une journée à haut risque après les nombreux appels à manifester contre la diffusion sur internet d'extraits d'un film produit aux Etats-Unis et insultant le prophète Mahomet.

Au Caire, de nouveaux affrontements se sont produits aux abords de l'ambassade des Etats-Unis. Les Frères musulmans au pouvoir en Egypte avaient appelé à des manifestations pacifiques à la sortie des mosquées.

Quelque 300 manifestants ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre qui bloquaient les accès à la représentation diplomatique américaine. Les policiers ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes et en renvoyant des pierres sur les manifestants.

La police a tenté de faire évacuer la place Tahrir toute proche, haut lieu de la révolution de 2011. Mais, à peine vidée, la place s'est de nouveau retrouvée occupée par des manifestants.

Les médias égyptiens font état de 224 blessés dans les manifestations depuis mercredi.

Des manifestants brandissaient des drapeaux verts et des drapeaux noirs sur lesquels étaient inscrits des versets du Coran, au milieu d'une foule hétérogène qui comptait des musulmans barbus vêtus de djellabas et beaucoup de jeunes hommes en jeans et t-shirts.

En visite en Italie, le président égyptien Mohamed Morsi a une nouvelle fois condamné la vidéo et les violences contre les missions diplomatiques.

La vidéo controversée, "L'innocence des musulmans", aurait été produite par un certain Sam Bacile -probablement un pseudonyme. Cet homme a, dans un premier temps, été présenté comme un promoteur immobilier israélo-américain vivant en Californie, mais le mystère persiste sur sa véritable identité.

A Khartoum, la police soudanaise a tiré des gaz lacrymogènes sur 5.000 manifestants qui tentaient de prendre d'assaut les ambassades d'Allemagne et de Grande-Bretagne.

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a reproché aux autorités allemandes d'avoir autorisé le mois dernier une manifestation pendant laquelle des caricatures de Mahomet ont été brandies.

NOUVEAUX HEURTS AU YEMEN

A Benghazi, en Libye, où une attaque contre le consulat américain a entraîné mardi soir la mort de l'ambassadeur Christopher Stevens et de trois autres Américains, l'espace aérien au-dessus de l'aéroport a été fermé pendant dix heures pour des raisons de sécurité, entre 00h30 GMT et 10h30 GMT.

Au Yémen, les forces de sécurité ont utilisé des canons à eau et tiré des coups de semonce pour disperser des centaines de manifestants venus exprimer leur colère près de l'ambassade des Etats-Unis à Sanaa.

Certains protestataires brandissaient des pancartes proclamant: "C'est ton dernier jour, ambassadeur" ou "L'Amérique c'est le diable".

Selon les médias locaux, des "marines" américains sont arrivés à Sanaa pour renforcer la sécurité de la mission diplomatique. La sécurité a aussi été renforcée dans les autres ambassades occidentales.

Jeudi, des affrontements devant la représentation US ont fait un mort et une quinzaine de blessés. Aucun membre du personnel diplomatique n'a été blessé. Le président yéménite Abd-Rabou Mansour Hadi a condamné l'attaque et annoncé l'ouverture d'une enquête.

En Afghanistan, dans la province orientale de Nangarhar, des manifestants ont brûlé un mannequin représentant Barack Obama ainsi qu'un drapeau américain. Des dirigeants tribaux de la province ont offert une récompense de 100.000 dollars pour la tête du pasteur de Floride Terry Jones, qui a soutenu le film anti-islam.

Le film qui a déclenché la fureur du monde musulman dépeint le prophète Mahomet comme un imbécile, un homme à femmes et un imposteur. Les musulmans considèrent la simple représentation du Prophète comme blasphématoire.

Les autorités américaines ont tenu à prendre toutes leurs distances par rapport au film qui a mis le feu aux poudres et dont la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a dénoncé jeudi le caractère "écoeurant".

Un copte égyptien résidant dans la région de Los Angeles, condamné par le passé pour une escroquerie bancaire, pourrait être impliqué dans la production de cette vidéo islamophobe.

QUATRE ARRESTATIONS À BENGHAZI

Nakoula Basseley Nakoula, 55 ans, qui réside à Cerritos, dans la banlieue de Los Angeles, est cité par plusieurs organes de presse comme étant lié à la production du clip de 13 minutes en anglais qui circule sur internet.

L'évêque copte de Los Angeles a déclaré à Reuters que Nakoula Basseley Nakoula l'avait appelé jeudi pour démentir tout lien avec le film.

"Il m'a dit qu'il n'était impliqué en aucune manière dans ce film. Je lui ai demandé : 'pourquoi ont-ils mis ton nom' dessus ?", a déclaré l'évêque Serapion à Reuters. Nakoula a répondu qu'il était avant tout victime d'une erreur d'identité de la part des médias.

Par ailleurs, les circonstances de la production de la vidéo restent troubles. Une organisation à but non lucratif, Media for the Christ, qui gère un site internet chrétien en langue arabe, a obtenu un permis de tourner le 8 août 2011 dans un studio de Santa Clarita Valley, au nord de Los Angeles, a indiqué Paul Audley, président de FilmL.A., l'agence qui traite les autorisations.

Après les affrontements de mardi soir à Benghazi et la mort des quatre Américains, les autorités libyennes ont procédé à quatre arrestations. Un représentant du groupe islamiste "Ansar al Charia", mouvement islamiste mis en cause, a nié toute implication dans l'attaque.

Deux ex-membres des Navy Seals, une unité d'élite de la marine américaine, figurent parmi les quatre Américains tués à Benghazi.

Ban Ki-moon, secrétaire général de l'Onu, a lancé un appel au calme. Il a condamné un "film haineux qui semble avoir été réalisé délibérément pour attiser l'intolérance et faire couler le sang". Mais, a-t-il souligné à propos des manifestations, "rien ne justifie de tels meurtres et de telles attaques".

Dans ce contexte tendu, le pape Benoît XVI est arrivé vendredi après-midi à Beyrouth, pour une visite de trois jours au Liban.

Avec les rédactions de Reuters; Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le vendredi 14 sept 2012 à 15:38

    Tout le monde est en train de s'exiter. Des films à la cons on en sort à la pelle de ces temps-ci? Si nous, catholiques on devrait s'enerver chaque fois que la religion est trainée dans la boue, on passerait sa vie dans la rue. Entre des pièces de théatre comme récemment à Paris et des femmes déguisées en bonne soeur qui se font sauter par un ou plusieurs gars dans des films pornos. . Il y a le choix

  • 6mptxis le vendredi 14 sept 2012 à 14:53

    Qui seme le vent récolte la tempete !