Journalistes tués au Mali : «Tout s'est passé en cinq minutes»

le
1
Journalistes tués au Mali : «Tout s'est passé en cinq minutes»
Journalistes tués au Mali : «Tout s'est passé en cinq minutes»

Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes français de RFI en reportage à Kidal, dans le nord du Mali, ont été tués après avoir été enlevés samedi par des hommes armés qui les avaient emmenés en dehors de la ville. Ces assassinats suscitent une vague d'émotion en France, tandis que François Hollande a convoqué une réunion à l'Elysée ce dimanche matin. L'annonce de leur mort a plongé la rédaction de Radio France internationale dans la tristesse.

Le président français et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta ont affirmé leur détermination «à poursuivre et à remporter» le «combat commun contre le terrorisme», selon un communiqué de la présidence française. Les circonstances précises de leur mort restent encore inconnues dimanche matin. Retour sur les faits avérés.

Mardi. Ghislaine Dupont et Claude Verlon arrivent à Kidal avec l'ONU. Ils ont quitté ce jour-là Bamako, la capitale, pour se rendre dans cette ville du nord Mali, berceau de la communauté touareg et de sa rébellion du MNLA où des accrochages s'étaient produits entre rebelles et soldats maliens fin septembre. Objectif : réaliser une série de reportages dans le cadre d'une opération spéciale sur le Mali, sur les ondes de RFI, prévue pour jeudi prochain mais annulée hier. Afin de traverser le Mali et parcourir les 1500 km, ils avaient demandé à être transportés par la force Serval. «Mais elle avait refusé, comme elle le fait depuis un an, en raison de l'insécurité dans cette zone», indique une source gouvernementale française. Selon cette source, «ils ont profité d'un transport de la Minusma (la Mission de l'ONU au Mali), qui continue à accepter des journalistes». C'était leur deuxième mission dans cette ville. Ils s'étaient déjà rendus à Kidal en juillet pour couvrir le premier tour de l'élection présidentielle.

Samedi 12h30. Les deux journalistes sont en interview pour RFI. C'est vers cette heure là ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le dimanche 3 nov 2013 à 10:51

    Égorgés, vous savez par qui ?