Journalistes tués au Mali : questions autour d'un drame

le
0
Journalistes tués au Mali : questions autour d'un drame
Journalistes tués au Mali : questions autour d'un drame

Alors que le parquet de Paris a ouvert hier une enquête préliminaire pour « assassinat », plusieurs questions se posent sur les circonstances de la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.

Qui sont les assassins ?

Selon plusieurs experts de la région, l'hypothèse d'une action concoctée par des Touaregs est « improbable ». « Deux factions touaregs se disputent la ville de Kidal, explique l'universitaire Mathieu Guidère. Le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) tient le centre-ville. Les islamistes d'Ansar Dine, dont le chef a joué un rôle déterminant dans la libération des quatre otages d'Arlit, sont à la périphérie. Aucun des deux n'a intérêt, en ce moment, à heurter les Français. »

Autre hypothèse : une action commanditée par une « cellule dormante » issue d'Aqmi, représentée sur place par Mokhtar Belmokhtar, ou du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). « En ce cas, une demande de rançon aurait logiquement dû être formulée, ce qui n'est pas le cas », explique une source militaire. Une chose est sûre : les ravisseurs étaient parfaitement renseignés sur les déplacements de leurs futures victimes.

Ont-ils été enlevés pour être exécutés ?

« Il n'est pas dans la tradition touareg d'enlever ou d'assassiner des ressortissants étrangers », note Philippe Hugon, directeur de recherche à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris). « Les ravisseurs n'ayant pas préparé le transfert de leurs otages vers un lieu sécurisé, cela accrédite l'idée qu'ils voulaient, dès le départ, les tuer », estime sur place une source touareg. Plusieurs hypothèses sont avancées pour tenter de comprendre les motivations des assassins. « Il pourrait s'agir d'un différend financier lié à la libération des quatre otages d'Arlit, suggère une source militaire. Un intermédiaire d'une faction d'Aqmi, frustré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant