Journalistes tués au Mali : «Les investigations progressent», assure Hollande

le
0
Journalistes tués au Mali : «Les investigations progressent», assure Hollande
Journalistes tués au Mali : «Les investigations progressent», assure Hollande

«Les investigations progressent» pour retrouver les meurtriers des deux journalistes français de RFI pris en otages puis exécutés par balles à Kidal (nord-est du Mali) samedi dernier. François Hollande l'a assuré ce mercredi en Conseil des ministres, précisant qu'une «enquête a été diligentée avec célérité» et que «des opérations, des fouilles ont déjà eu lieu». Les autorités françaises, en particulier la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la sous-direction antiterroriste (SDAT), chargées de l'enquête, feront «tout pour retrouver ceux qui ont commis ces actes», a promis le chef de l'Etat.

Ces propos, rapportés par la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, rassureront les proches de la reporter spécialiste de l'Afrique Ghislaine Dupont, 57 ans, et de son technicien Claude Verlon, 55 ans, à l'heure où l'avancée des arrestations reste floue. La ministre du Droit des femmes a refusé de confirmer l'information des autorités maliennes selon laquelle au moins 35 arrestations ont été réalisées entre dimanche et mardi. «Je l'ai dit, une enquête est en cours, il ne m'appartient pas de la détailler ou de la commenter», a-t-elle affirmé.

Trois preneurs d'otages identifiés ?

Même discrétion du côté du ministre de la Défense, qui s'est égalemant abstenu de confirmer ou d'infirmer les révélations du «Monde» selon qui trois des quatre preneurs d'otages ont été identifiés. «Il faut respecter cette procédure, elle est indispensable. Il s'agit d'un crime, d'un assassinat», a insisté Jean-Yves Le Drian, interrogé sur la matinale de France Inter, ajoutant que «l'identification des assassins n'est pas simple».

Selon Le Monde, les trois preneurs d'otages identifiés ne figurent pas parmi les 35 personnes arrêtées depuis dimanche. «Selon une source locale à Kidal, confirmée par une source gouvernementale française, la mise au jour des profils de ces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant