Journalistes tués au Mali : de nombreuses interrogations

le
0
Journalistes tués au Mali : de nombreuses interrogations
Journalistes tués au Mali : de nombreuses interrogations

En l'absence de toute revendication plus de 24 heures après les faits, de nombreuses questions demeurent sur les causes et les circonstances de l'assassinat, samedi au Mali, des journalistes français, deux professionnels aguerris, enlevés en plein jour et assassinés «de façon odieuse», a répété Laurent Fabius, le ministre des affaires étrangères, devant la rédaction endeuillée de RFI. «Ni Ghislaine ni Claude n'étaient des têtes brûlées, ils n'ont pris aucun risque inconsidéré», a assuré de son côté Marie-Christine Saragosse, PDG de France Médias Monde qui inclut RFI.

QUI SONT LES RAVISSEURS ?

En premier lieu, l'identité des ravisseurs reste inconnue. Selon le témoignage d'Ambéry Ag Rhissa, le représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg) que les journalistes venaient d'interviewer et qui a assisté à l'enlèvement, les agresseurs parlaient tamachek, la langue des Touaregs.

Kidal est le berceau de la communauté touareg et du MNLA, organisation qui a condamné les crimes et promis de «tout mettre en ?uvre pour identifier les coupables».

Mais comme tous les groupes dans la région depuis l'intervention française, le MNLA est aujourd'hui «parcellisé et divisé», note le député socialiste François Loncle, auteur d'un rapport parlementaire sur le Sahel. «Il y a notamment ceux qui acceptent le dialogue avec le sud (du Mali), et les jusqu'aux-boutistes» qui le refusent, ajoute-t-il.

La piste d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), très présente dans la région malgré les troupes françaises, reste cependant «la plus probable», estime Pierre Boilley, directeur du Centre d'études des Mondes africains (CEMAF), qui ne voit «aucun intérêt» pour le MNLA à enlever ou tuer des journalistes français.

UN DIFFÉREND AU SEIN D'AQMI ?

Les meurtres de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon sont intervenus quatre jours après la libération de quatre otages français, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant