Journalistes tués au Mali : Aqmi revendique l'assassinat et menace la France

le
0
Journalistes tués au Mali : Aqmi revendique l'assassinat et menace la France
Journalistes tués au Mali : Aqmi revendique l'assassinat et menace la France

Aqmi (Al-Qaida au Maghreb islamique) a revendiqué ce mercredi l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux journalistes de RFI exécutés samedi au Mali. Le groupe terroriste a transmis un communiqué à Sahara media, un site mauritanien en langue arabe. La France y est directement visée par l'organisation terroriste qui évoque «François Hollande et son peuple», justifiant la mort des journalistes par les «atteintes de l'Occident contre les musulmans».

«Cette opération intervient en réponse aux crimes commis par la France contre les Maliens et à l'oeuvre des forces africaines et internationales contre les musulmans de l'Azawad», nom donné par les Touareg au nord du Mali, indique ce communiqué. Aqmi considère que l'assassinat des deux journalistes «constitue le minimum de la facture que Hollande et son peuple doivent payer en contrepartie de leur nouvelle croisade», conclut le texte.

L'Elysée a répondu ce soir, assurant que la France mettra «tous ses propres moyens en oeuvre» pour que l'assassinat des deux journalistes ne reste «pas impuni quels qu'en soient les auteurs».

Des combattants proches d'Abou Zeïd, chef d'Aqmi tué par l'offensive militaire tchadienne et française

Selon l'agence Sahara media, la katiba (unité combattante) d'Aqmi qui a commis ces assassinats est celle d'Abdelkrim Targui, un Touareg qui était proche d'un des principaux chefs d'Aqmi au Mali, Abou Zeïd, tué en début d'année lors de l'offensive militaire tchadienne et française dans le massif des Ifoghas (extrême nord-est du Mali).

Cette revendication intervient alors que l'enquête se resserrait autour d'Aqmi. Selon les investigations menées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la sous-direction antiterroriste (SDAT), au moins trois ravisseurs identifiés auraient combattu au sein de la katiba d'Abdelkrim Al-Targui, l'un des chefs d'AQMI. Le nom de ce dernier était, par ailleurs, déjà apparu dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant