Journalistes otages : plusieurs groupes impliqués

le
0
Kapissa, la province montagneuse où sont détenus Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier est difficilement pénétrable

«Il faut arrêter de parler de calendrier, personne ne sait quand cela peut se terminer.» Thierry Thuillier, directeur de l'information chez France Télévisions, prône la prudence sur le sort d'Hervé Ghesquière et de Stéphane Taponier. «On est à un moment où toute information sur le contexte peut faire échouer les négociations», poursuit-il.

Un an après l'enlèvement des deux reporters de France 3 en Afghanistan, leur libération paraît toujours incertaine. Pourtant, différents responsables militaires et politiques ont régulièrement fait preuve d'optimisme au cours de l'année écoulée. Le chef d'État-major, Édouard Guillaud, a même annoncé en septembre dernier qu'il y avait un «espoir raisonnable» qu'ils soient libérés avant Noël.

Les journalistes de l'émission «Pièce à conviction» venaient de tourner une partie de leur reportage avec les militaires français basés à Tagab, en Kapissa, à 40 kilomètres au nord-est de Kaboul. Selon toute vraisemblance,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant