Journaliste surveillé : Guéant s'explique

le
0
Le ministre de l'Intérieur a admis que des factures détaillées d'un journaliste du Monde avaient été consultées par les services du renseignement français. Mais il réfute le terme «d'écoute».

Ce pourrait bien être une nouvelle polémique à gérer pour le ministère de l'Intérieur. Contrairement aux démentis de l'exécutif au printemps dernier, le contre-espionnage français aurait bien réclamé les factures téléphoniques détaillées de Gérard Davet, journaliste du quotidien Le Monde, et co-auteur de l'ouvrage Sarko m'a tuer. L'étude des appels téléphoniques du journaliste aurait été réalisée par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) entre le 12 et le 16 juillet 2010. Le Monde dénonce une «violation de la loi sur le secret des sources pour tenter de colmater les fuites du dossier Bettencourt».

Cette opération, si elle se confirmait, tombe sous le coup de la loi sur le secret des sources. Interrogé sur France Info jeudi matin, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a reconnu des «repérages de communications téléphoniques» et a dit s'en remettre à la justice. Une information judiciaire a en effet été ouverte le 13 mai après...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant