Journal intime, essai, roman... nos coups de c½ur de la semaine

le
0

Chaque jeudi, La Matinale vous propose une sélection d’ouvrages concoctée par la rédaction du « Monde des livres ».

LA LISTE DE NOS ENVIES Cette semaine, découvrez l’incroyable journal intime du grand écrivain polonais Witold Gombrowicz, plongez dans la formidable enquête sur le fanatisme politique de Christian Ingrao, dévorez l’histoire d’une petite fille bulgare qui découvre la complexité du monde grâce au roman d’Elitza Gueorguieva et retrouvez le génie de Cabu grâce aux « unes » inédites de Charlie Hebdo. Bonne lecture !

CARNETS. « Kronos », de Witold Gombrowicz

On sait que le peintre italien Jacopo da Pontormo (1494-1557) notait tout ce qu’il mangeait ; que Marcel Proust s’enflammait dès qu’une fleur pénétrait l’appartement, et que Glenn Gould lisait aussi bien les notices des tranquillisants que les partitions de Bach. On découvre aujourd’hui que l’écrivain polonais Witold Gombrowicz (1904-1969) s’auscultait toute la sainte journée.

Grâce à l’un de ces livres écrits par un témoin indélicat ? Non, par Gombrowicz lui-même, et ce Kronos qui vient de paraître – son véritable journal intime. A première vue, ces pages ont quelque chose de dérisoire, et quand elles ne le sont pas, elles font en creux le portrait de l’artiste en vieil autocentré hypocondriaque. Sa vie érotique est, elle aussi, omniprésente, Gombrowicz tenant le registre de ses amours furtives (« Chico/a sur les rochers. » « Muchacho/a – taxi. ») – Kronos nous apprend ainsi que l’homosexualité domina sa libido. Enfin, il observe attentivement l’évolution de sa renommée.

Mais cette accumulation de choses insignifiantes ne ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant