Journal d'un prof débutant (épisode 7) : "Un élève de troisième qui ne sait pas lire, ça arrive"

le
47
Sophie a réalisé que certains de ses élèves ne savaient ni lire ni écrire en leur faisant passer des contrôles (photo d'illustration).
Sophie a réalisé que certains de ses élèves ne savaient ni lire ni écrire en leur faisant passer des contrôles (photo d'illustration).

"Je pensais que ma semaine serait tranquille : dans mes souvenirs, pendant un contrôle, c'était le calme dans la classe". Pour sa première série d'évaluations de sa toute jeune carrière de prof, Sophie (1) avait imaginé faire face à toutes les éventualités : des élèves qui copieraient sur leurs voisins, d'autres qui cacheraient des antisèches dans leurs trousses, de faux malades... Mais la jeune femme ne s'attendait pas à ça : "Ils ont été très bruyants. Ils n'ont pas tellement triché ; en revanche, ils n'ont pas cessé de se piquer des stylos, de se demander des feuilles, de parler de jeux vidéo." Sophie, qui refuse - toujours - de se décourager, veut croire que c'est parce qu'elle "débute". Elle a tout essayé : punitions, heures de colles, mots dans le cahier, rien n'y a fait. Imane, la jeune fille avec qui Sophie a déjà eu maille à partir la semaine dernière et qui avait promis de se tenir à carreau après un rendez-vous entre sa mère et l'enseignante, est redevenue insupportable. Le résultat ne s'est pas fait attendre : 4,5/20.

Larmes

Dans certaines classes, Sophie a mis des 19/20. Mais l'enseignante a également dû distiller plusieurs 1/20 : "Quand ils ne rendent qu'une ligne, difficile de sauver la copie", déplore-t-elle. Certains, comme Moussa, ont même osé lui déposer sur son bureau une boulette de papier en guise de composition. Mais même si elle regrette profondément ces provocations aux parfums de défis à peine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 le mercredi 2 oct 2013 à 22:10

    C'est bizarre l'immigration. Les asiatiques sont aussi arrivés dans des conditions misérables et, eux, ils travaillent. Il faudra trouver une autre excuse, ou plutôt une autre explication.Quant à Peillon, il aurait mieux fait d'éradiquer la catastrophique méthode globale plutôt que de nous accabler de cette presque aussi idiote réforme des rythmes scolaires.

  • 2445joye le mercredi 2 oct 2013 à 21:33

    Bien sur, nebraska, qu'il était pétainiste, mais il l'était déjà avant que le pétainisme n'existe, dès les années 30. En tant qu'idéologie, le socialisme national est d'ailleurs parfaitement estimable: il a pour fondement que le cadre de référence de l'individu, c'est la nation et que le fait d'y appartenir crée un devoir de solidarité entre ses membres, d'où la composante sociale. Toutefois sa mise en pratique a pu laisser à désirer dans certains pays.

  • nebraska le mercredi 2 oct 2013 à 19:42

    Houla !!! 2445joye !!! Vous dérivez un peu non ??? Mitterand LUI était 1 pétainiste, 1 vrai !! Sauf lorsque le vent a tourné.......comme pour beaucoup de français qui se sont découverts 1 passion pour la résistance !!!

  • cyrilc1 le mercredi 2 oct 2013 à 14:39

    Imane, Moussa, ... encore un fait de plus à l'actif de l'immigration non contrôlée!!! Moussa a raison, dealer dans sa cage d'escalier lui rapportera bien plus que de se lever le matin... Parasite.

  • M4760237 le mercredi 2 oct 2013 à 13:06

    Journal d'un citoyen débutant : "Un sénateur qui ne sait pas parler français, ça arrive"

  • jsrlak1 le mercredi 2 oct 2013 à 11:57

    1-Que l'on arrête de vouloir intégrer des individus qui ne recherchent pas l'intégration 2-Que l'on remette en place un système de valable de notation qui récompense l'excellence et punisse la médiocrité... On y gagnera énormément à court terme et on aura des brevets à long terme qui créeront de l'emploi

  • frk987 le mercredi 2 oct 2013 à 10:22

    Dans cette file relative à l'enseignement on voit toute le sectarisme des enseignants par le biais de la censure. Ce sont des adeptes de l'ex URSS, une seule solution : l'enseignement privé, et l'école publique pour les immigrés (méthode US, depuis les lois raciales de Kennedy).

  • frk987 le mercredi 2 oct 2013 à 10:19

    Voyez Knbskin (bonjour !!!), que vous découvrez grâce aux forums de Boursorama que vous êtes...un adepte de Pétain, ma foi, je ne m'en étais pas aperçu...........Et vu que l'on a beaucoup de points communs, je m'interroge sur moi même !!!!

  • 2445joye le mercredi 2 oct 2013 à 10:11

    @knbskin: le "pétainisme" est considéré par les idéologues comme la version française du socialisme national (vous pouvez permutter les mots). Aucune idéologie ne donne plus d'urticaire au socialistes que celle-là car elle est née d'une critique du socialisme matérialiste, et, comportant une composante sociale, elle "pompe" assez naturellement les sympathisants de gauche. On peut encore en voir des avatars dans le paysage politique français contemporain.

  • M3366730 le mercredi 2 oct 2013 à 07:58

    http://www.performance-publique : PLF pour 2014 soumet à l’impôt sur le revenu le complément de rémunération constitué par la prise en charge par l’employeur d’une partie des cotisations aux régimes de prévoyance santé d’entreprise, assimilable à un avantage en nature. Les cotisations salariales versées aux régimes de prévoyance d’entreprise restent déductibles de l’impôt sur le revenu. Le rendement de cette mesure est de 1 Md€, que le PLF pour 2014 transfère également à la sécurité sociale.