Journal d'un prof débutant (épisode 19) : "Tenez, c'est pour Noël"

le
1
Le conseil s'est soldé par un constat effarant : sur la vingtaine d'élèves de la classe, la moitié a écopé d'un avertissement de travail, de conduite, voire des deux.
Le conseil s'est soldé par un constat effarant : sur la vingtaine d'élèves de la classe, la moitié a écopé d'un avertissement de travail, de conduite, voire des deux.

"Mais, enfin, que font les profs ? Qu'attendent-ils pour réagir ?" Le représentant des parents d'élèves de cette quatrième n'en peut plus. Depuis le début du conseil de classe, il assiste, éberlué, à une surenchère des enseignants qui rivalisent d'anecdotes plus surréalistes les unes que les autres sur des élèves insolents, dissipés, violents et fainéants. Certes, le tour de table d'introduction s'est soldé par un tableau peu reluisant de la classe. Mais les professeurs ne supportent pas d'être ainsi pris pour cible, identifiés comme les responsables directs de l'incorrection des adolescents : "C'est la classe la plus sanctionnée de l'établissement !" s'énerve un prof. "Les punitions sont exemplaires, puisque deux exclusions définitives ont été prononcées avant même la fin du premier trimestre, mais ils ne comprennent rien !" renchérit son collègue, qui qualifie cette classe de "pire section jamais côtoyée" pendant ses quinze années de carrière. "C'est la faute des parents" Le père n'en démord pas : le problème ne vient pas, selon lui, des élèves. Une mère déléguée de parents s'offusque dans la foulée : "Je vous entends parler de respect, mais avez-vous seulement pensé à leur expliquer ce que c'était ?!" Les profs, à la fois sidérés et consternés, ont tant de mal à croire ce qu'ils ont entendu qu'ils ne trouvent pas les mots pour réagir du tac au tac. Une enseignante tente toutefois de briser le silence : "Nous...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le mardi 24 déc 2013 à 16:51

    Si haut que nous soyons montés , nous avons pu y arriver parce que nos ailleux nous avaient fourni une instructio n ou une éducation. Mettre des nouveaux arrivants sur un pied d'égalité est la négation de cette éducation. Les gôchistes qui ont voulu imposer leur point de vue se plaignent du résultat. A mon sens ils n'ont que ce qu'ils méritent et je pense même qu'il aurait du y avoir des sanctions. On ne peut pas les laisser à leur place Il faut une révolution.