Journal d'un prof débutant (épisode 14) : "Intimidation et violences physiques, comme vous y allez !"

le
6
Une élève a fermement bousculé Sophie pour la pousser dans un recoin du couloir et l'empêcher de quitter le collège, à une heure où l'étage était désert. Photo d'illustration.
Une élève a fermement bousculé Sophie pour la pousser dans un recoin du couloir et l'empêcher de quitter le collège, à une heure où l'étage était désert. Photo d'illustration.

"On veut vous parler." Il est près de 18 heures, jeudi, lorsque Simina (1) et Souleiman (1) interpellent Sophie (1) dans un couloir du premier étage du collège. En cette semaine de rentrée des vacances de la Toussaint, la nuit commence à tomber et la jeune enseignante met quelques instants à identifier les deux jeunes qui se dirigent vers elle. Ce sont bien les deux 4e qui lui ont mené la vie dure pendant le dernier cours de la journée : ils l'ont provoquée, lui ont manqué de respect, se sont moqués d'elle devant leurs camarades et se sont obstinés à la tourner en ridicule. Menaces et sanctions n'y ont rien fait : ces deux-là sont pires qu'elle ne pouvait l'imaginer. La jeune enseignante n'a dans l'immédiat aucune envie de leur parler. Pendant toute l'heure de cours, elle a tenté - en vain - d'ouvrir le dialogue pour les inciter à travailler, mais surtout pour qu'ils cessent de la défier. Alors Sophie préfère reprendre ses esprits, et réfléchir posément à la stratégie à employer avec eux avant d'en discuter davantage. "Je ne peux pas maintenant, je suis pressée", répond la jeune femme d'un ton sec. Mais les deux jeunes insistent, et Sophie n'a d'autre choix que de leur laisser une chance de s'expliquer. Las, en fait d'excuses, les collégiens lui présentent des récriminations et l'accablent de reproches. Selon eux, la prof ne s'en prendrait qu'à eux, serait plus exigeante à leur égard, bref : en aurait fait ses têtes de turc. "Laissez-moi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 12 nov 2013 à 16:14

    Allez, hop ! Je parie sur M3413930 prof de lettres classiques, compte tenu de son style "léché" ... ! :)

  • knbskin le mardi 12 nov 2013 à 13:04

    Vu ses autres posts, M3493130 est à la retraite depuis longtemps, et n'a donc pas assisté à la dégradation terrible de l'Educ Nat dans les 15 dernières années. Ma femme est prof depuis la fin des années 70 et l'a donc vécue de bout en bout. Avec une aggravation dramatique depuis 1995-2000 ... :(

  • knbskin le mardi 12 nov 2013 à 12:55

    Exact, M3435004, c'est le discours de quelqu'un qui est à la retraite depuis longtemps et a perdu tout contact avec les classes depuis encore plus longtemps ... Si M3493130 et toujours en activité, alors, c'est un menteur conscient de l'être ! :)

  • M3435004 le mardi 12 nov 2013 à 12:27

    M3493130 Ah que vous parlez bien ! Comme vous êtes raisonnable ! Vos pensées sont assurément celles d'un professeur agrégé HC, c'est sûr. On aimerait bien savoir où et jusqu'à quand vous avez enseigné. Je doute fort que vous ayez eu des Leonarda ou des Momos dans vos classes.

  • M3493130 le mardi 12 nov 2013 à 11:53

    suite : cahier et tout prendre en compte pour la moyenne.Deuxième problème qu'elle ne maîtrise pas, c'est le refus d'être évalué par une femme par ces garçons issus de l'immigration. Là, l'administration doit entrer en jeu et traiter ce problème que l'on rencontre dans d'autres administrations. CPE, Principal, Inspecteur académie etc.On ne peut laisser mettre en cause l'école de la république.

  • M3493130 le mardi 12 nov 2013 à 11:50

    Prof agrégé H C, conseiller pédagogique pendant de longues années, je ne peux que dire à cette jeune collègue qu'il faut tenir bon et s'appuyer sur l'ensemble de l'équipe pédagogique pour ramener le calme.Ne pas avoir peur. Il y a forcément des élèves qui veulent "travailler" ; Elle doit en premier bien préparer ses cours et avoir de quoi faire plus qu'il n'en faut pour un cours au cas où ça irait plus vite. Pas de temps morts. Evaluation continue du travail, de la participation ,des notes cahie