Jour de colère : qui veut la tête de François Hollande ?

le
54
Une première manifestation, organisée par le collectif Hollande dégage, a ressemblé quelques centaines de personnes à Paris le 19 janvier dernier.
Une première manifestation, organisée par le collectif Hollande dégage, a ressemblé quelques centaines de personnes à Paris le 19 janvier dernier.

François Hollande n'a qu'à bien se tenir. Jour de colère, "un mouvement citoyen inédit", se prépare à battre le pavé parisien dimanche pour réclamer sa démission. Une manifestation qui n'est pas sans rappeler le No Sarkozy Day, organisé le 25 mars 2010. L'événement n'avait réuni que quelques milliers de protestataires malgré une très forte popularité sur les réseaux sociaux. À quelques jours du rassemblement anti-Hollande, une cinquantaine de collectifs ont d'ores et déjà signé un appel réclamant "un changement radical en s'appuyant sur la coagulation de toutes les colères". De l'Observatoire du mensonge à Foutez-leur la paix, en passant par le Collectif en colère contre l'éolien industriel et la Free World Academy, la manifestation ressemblerait presque à un meeting altermondialiste. Oui, mais derrière ces noms farfelus se cachent d'autres mouvements plus connus du grand public. Parmi lesquels figurent le parti de l'Innocence, fondé par Renaud Camus (un écrivain proche de l'extrême droite), des associations issues de la Manif pour tous, ou les Bonnets rouges transfrontaliers... Plus étonnant, la liste des signataires publiée sur le site du collectif n'est pas exhaustive. Jeune Nation, un site internet lié à la mouvance nationaliste qui en fait la promotion, n'a pas droit de cité. Dieudonné, qui a également appelé ses fans à gonfler les rangs, est lui aussi absent... Oubli manifeste ou étourderie ? "Tous les soutiens affichés...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le jeudi 6 fév 2014 à 20:04

    Valérie et ségolène en premier. Après 80% des français.

  • je.valle le lundi 27 jan 2014 à 13:05

    Les bonnets rouges bretons ont dans leur immense majorité voté Hollande , qu'ils ne viennent pas se plaindre aujourd'hui Il fallait réfléchir un peu avant de virer Sarko

  • nayara10 le dimanche 26 jan 2014 à 22:11

    Il pourra y avoir bourrage d'urne ,rien n'est a exclure dans cette RÉPOUBLISTIKOU SOVIETCHÉ SOPRANIÉ ....

  • psdi le samedi 25 jan 2014 à 19:25

    Sondage : à droite, Sarkozy reste le préféré. Il y a vraiment de quoi être en colère. Heureusement que la droite est dans l'opposition, ça fait peur, elle est en pleine reconstruction ??????.

  • M8303372 le samedi 25 jan 2014 à 16:07

    Rodde 12 Il n'y a qu'à voter pour Denis PAYRE qui est un industriel qui sait de quoi il parle contrairement à tous les politicards de tous bords pour la plupart sortis de science po ou de l'ena!... et qui n'entrave que dalle à la finance excepté pour eux mêmes...

  • M452441 le samedi 25 jan 2014 à 15:38

    Que de tin touin pour rien !

  • M9838976 le samedi 25 jan 2014 à 12:40

    Et en plus il s'imagine que son bulletin de vote va changer les choses. Il y a gros à parier que nous aurons les mêmes. "J'irai pas dans la rue", très bien, alors inutile de palabrer et de geindre à longueur de forums, les imposteurs anti-France qui nous gouvernent ont de beaux jours devant eux.

  • M9838976 le samedi 25 jan 2014 à 12:36

    @Rouminou6 - D'accord avec vous à 100%. Le "peuple de France" est mou, il a élu un mou.Normal

  • M2766070 le samedi 25 jan 2014 à 10:08

    moi j irais pas dans la rue, mais à l urne en mars, et je sais bien qui aura ma voix, celles de mes enfants et de ma copine... c est du bleu !!! j vois pas la vie en roz là

  • Rominou6 le samedi 25 jan 2014 à 09:57

    Vous avez le président que vous méritez...A voter pour le premier qui vous promet de gagner plus en travaillant moins. Pays de feignasses25 ans aujourd'hui, dans ce triste pays, ou je vois tous les gens qui en veulent quitter la France pour d'autres contrées où la réussite et l'ambition nen sont pas méprisées comme ici. A force de tirer vers le bas, on touche le fond