Joumblatt : «La stabilité du Liban dépend d'un compromis régional»

le
0
Après avoir été un des piliers du «mouvement du 14 mars», le leader druze a fait tomber en janvier dernier le gouvernement de Saad Hariri

Chef de la communauté druze libanaise depuis 1977, Walid Joumblatt, seigneur féodal dans sa montagne du Chouf, et grand bourgeois occidentalisé parfaitement francophone dans son quartier beyrouthin de Clemenceau, est aujourd'hui le plus vieux renard de la vie politique libanaise.

Après avoir été, en compagnie des chrétiens des Forces libanaises et des sunnites loyaux à la famille Hariri, l'un des piliers du «mouvement du 14 mars» (alliance politique pro-occidentale nommée après la gigantesque manifestation antisyrienne du 14 mars 2005), Walid Joumblatt a opéré depuis trois ans un spectaculaire revirement, qui, au mois de janvier dernier, a fait de lui le tombeur du gouvernement de Saad Hariri.

Un sourire las

Il est aujourd'hui l'allié politique du Hezbollah et du mouvement chrétien aouniste, au sein de ce qu'il a qualifié de nouveau «mouvement national», étiquette qui avait déjà été, durant la guerre civile, utilisée par son père Kamal, pour la gauche p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant