José Manuel Barroso égratigne Berlin et Paris sur la gouvernance

le
0
Le président de la Commission s'est opposé mercredi avec virulence au projet de gouvernement économique européen.

Les lignes se précisent à propos du pilotage de l'euro. Avec derrière lui tout le poids des institutions communautaires, José Manuel Barroso s'est affiché mercredi comme l'opposant n°1 au «gouvernement économique» que Paris et Berlin tentent d'imposer avec d'autres capitales de la monnaie unique.

«La réalité est que la méthode intergouvernementale n'est pas suffisante pour sortir l'Europe de la crise (...) Elle risque au contraire de mener à la renationalisation, à la fragmentation et peut-être à la mort de l'Europe unie», a averti le chef de l'exécutif bruxellois. Inhabituellement combatif, José Manuel Barroso a même retourné à son profit la formule que le président Sarkozy s'était appliquée à lui-même et à la chancelière Merkel: «Le gouvernement économique, c'est la Commission !», a-t-il lancé à des députés européens acquis d'avance. La toile de fond est donc tendue pour le sommet de l'UE, à la mi-octobre. D'un côté, des gouvernements na

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant