Jorginho le Yéti

le
0
Jorginho le Yéti
Jorginho le Yéti

Il avait le choix entre le Brésil et l'Italie, il a finalement choisi la Nazionale. Et ce soir, c'est donc le deuxième appel en sélection pour l'un des joueurs les plus discrets, mais pas le moins méritant de Serie A.

Jorginho est doux. Jorginho est frais. Et en plus, il est vraiment pratique. Ce n'est pas toujours flagrant - il n'a mis aucun but et n'a seulement délivré que quatre passes décisives cette saison - mais il est un des rouages essentiels du Napoli de Maurizio Sarri. Pour se rendre vraiment compte de ce qu'il appporte, il faudrait isoler une caméra sur lui durant tous ses matchs. Mais heureusement pour João Santos, l'agent du petit Georges, les recruteurs du Real Madrid n'ont pas besoin de ça. Après le match contre Palerme, le Portugais n'a pas hésité à en parler et à faire monter la cote de son poulain sur ESPN : "Les recruteurs sont venus me complimenter à propos de Jorginho. Rien de plus, mais c'est prestigieux de recevoir quelque chose de l'un des clubs les plus connus du monde." Les performances du néo Italien n'ont pas non plus échappé à Antonio Conte, puisqu'il vient de lui donner sa première chance en Nazionale.

Sarri ou la révolution de velours

La passe à 91%


En même temps, il n'a jamais été vraiment question de Jorginho au Brésil. Il n'a jamais fait partie des plans de Dunga, le rigoureux et l'amoureux des physiques de boucher. Et puis surtout, Jorginho a presque toujours vécu en Italie. Le natif d'Imbituba, dans le sud du Brésil, a débarqué à Vérone alors qu'il n'avait que quinze ans. Un choix familial puisque son arrière grand-père était italien, de Lusiana en Vénétie précisément. D'abord prêté une saison à la Sambonifacese, il revient au Hellas et rate de peu le retour en Serie A dès sa première saison en pro, à seulement vingt piges. Ce n'est que partie remise puisque lors de la saison suivante, il participe à plus de quarante rencontres et contribue largement au retour dans l'élite du Hellas. Confortablement installé dans le 4-3-3 de Mandorlini, il se parfait en quaterback moderne, à la fois volumineux et précis.

Youtube
Et c'est cette saison exactement que Jorginho s'est décidé à exploser. L'effet Sarri, certainement, puisque Benítez ne l'a, soit jamais bien utilisé, soit jamais utilisé tout court. Depuis la victoire…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant