Jordanie : les assaillants du site de Karak liés à Daech, selon les autorités

le
0
Jordanie : les assaillants du site de Karak liés à Daech, selon les autorités
Jordanie : les assaillants du site de Karak liés à Daech, selon les autorités

Les forces de sécurité jordaniennes restent en alerte ce lundi, au lendemain des attaques qui ont fait dix morts et une trentaine de blessés sur le site touristique de Karak, dans le sud du pays. Selon les autorités, ces attaques ont été menées par quatre «terroristes» qui ont tous été abattus par les forces de sécurité. Les assaillants ont abattu sept policiers, deux civils jordaniens et une touriste canadienne, et blessé 34 policiers et civils.

Selon une source de sécurité, les assaillants étaient des «Jordaniens membres d'une cellule terroriste» et ils «sont soupçonnés d'être liés à Daech (acronyme en arabe du groupe jihadiste Etat islamique, ou EI)».

 

Par ailleurs, les autorités ont annoncé la saisie d'explosifs et d'armes dans la maison où ces quatre hommes armés ont préparé cette opération. La Sûreté générale, qui enquête sur l'identité et les motivations des assaillants, a affirmé dans un communiqué qu'une «grande quantité d'explosifs, des ceintures explosives et des armes automatiques (avaient) été saisies». Les attaques ont été unanimement dénoncées par les médias jordaniens. Des journaux titraient en une : «La Jordanie vaincra le terrorisme» ou «Le royaume restera une citadelle contre le terrorisme». 

La citadelle de Karak, dans le sud de la Jordanie (REUTERS/Muhammad Hamed). 

 

La Jordanie, membre de la coalition internationale antijihadistes qui bombarde le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak depuis 2014, a plusieurs fois été la cible d'attentats menés par des groupes islamistes. En juin, un attentat-suicide revendiqué par l'EI avait ainsi coûté la vie à sept gardes-frontières jordaniens près de la frontière avec la Syrie. A Ottawa, le gouvernement canadien a qualifié d'«odieuses» les attaques de Karak. L'ambassade du Canada en Jordanie a appelé ses ressortissants à ne pas se rendre dans cette région du pays.

 

Karak est réputée pour son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant