Jonathan Delaplace, infirmier footballeur

le
0
Jonathan Delaplace, infirmier footballeur
Jonathan Delaplace, infirmier footballeur

Contrairement à la plupart des joueurs de Ligue 1, Jonathan Delaplace a attendu 24 ans pour signer son premier contrat professionnel. Avant ça, il a eu le temps de faire beaucoup de choses, dont passer et obtenir son diplôme d'infirmier.

La journée internationale des infirmières, c'est un peu celle de Jonathan Delaplace. Parce qu'au final, s'il n'était pas devenu footballeur professionnel, il aurait sans aucun doute suivi les traces de son père et de son frère, en devenant infirmier. Mais les méthodes de Florence Nightingale n'ont jamais réussi à lui faire oublier sa passion pour le football. Recalé des centres de formation en raison de sa trop petite taille – critère sur lequel on aimait beaucoup se baser dans les années 1990 –, Jonathan a persévéré et a fini par rencontrer un homme qui a changé sa vie. Non, pas David. Aujourd'hui, Delaplace a réussi à se trouver une place dans le milieu de terrain de René Girard, au LOSC. Cette saison, il a disputé 20 matchs et a inscrit deux buts. Pas mal pour un des rares joueurs qui a découvert le monde du professionnalisme sur le très tard. Et en plus, il serait même capable de soigner des joueurs sur la pelouse. Que demander de plus ?
Entre l'hôpital Bonnet et le terrain d'entraînement
Comme beaucoup de gamins de sa région, Jonathan rêve de devenir footballeur. À 13 ans, il part suivre une section sport études à Lambersart, dans le Nord, bien loin de son Var natal. Cinq ans plus tard, le jeune footballeur redescend dans le Sud retrouver son père, ne gardant du Nord qu'un refus au centre de formation du RC Lens et une tentative de baccalauréat manquée. De retour dans le Var, Jonathan tape le ballon avec le FC Belgentier, puis avec Hyères, en CFA 2. Il passe également son bac, puis se lance dans des études d'infirmier, pour imiter son père et son frère. C'est à ce moment très précis que Guy David, secondé par Athos Bandini, jette son dévolu sur le jeune Jonathan. "Moi, je l'avais aperçu lors d'un match de Coupe de France quand j'entraînais un petit club de Sainte Maxime. On avait rencontré son petit club de PHB. Je lui avais déjà trouvé des grandes qualités de vitesse. Quand on est arrivés avec Guy David, on a tout de suite voulu Jonathan", se souvient Athos Bandini.

Bien emballé par le projet de Guy David, qui vient en personne boire le café chez les Delaplace pour convaincre le jeune milieu de terrain, Jonathan part à Fréjus. Sans arrêter ses études. "Il étudiait à l'hôpital Bonnet, juste à côté du stade où on s'entraînait. Je pense que c'était une formation assez lourde, puisque ça a quand même duré deux ans, sa formation, et je sais qu'il bossait…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant