Jon Errasti : "Maire d'Eibar ? On me fait souvent la blague"

le
0
Jon Errasti : "Maire d'Eibar ? On me fait souvent la blague"
Jon Errasti : "Maire d'Eibar ? On me fait souvent la blague"

"Si ça coupe, c'est normal. On ne capte pas très bien dans le coin." Jon Errasti est un fin connaisseur du réseau téléphonique d'Eibar. Normal, il y est né. Seul joueur du cru du plus petit club de Liga, il raconte son village basque et la folle saison de son fanion.

La semaine passée, tu disais que le derby face à la Real Sociedad était spécial, que c'était ta "seconde maison". Comment as-tu vécu cette rencontre ? C'était vraiment très particulier. Je suis resté de très nombreuses années à la Real. De revenir à Anoeta en tant que joueur de Première Division, ça a été comme un rêve. Malheureusement, il n'y a pas eu le résultat, mais je reste quand même très content.
Tu es resté presque toute ta carrière à la Real. Quels souvenirs en gardes-tu ? Je garde le souvenir des amis que je m'y suis fait. En vrai, je me rappelle presque de tous les matchs que j'ai joués avec l'équipe réserve de la Real. Parmi ces amis, il y en a quelques-uns qui jouent en Liga : Asier Illarramendi, Imanol Agirretxe, David Zurutuza... Vraiment, je garde plus de souvenirs de mes amis que du football. Antoine Griezmann, j'ai fait une pré-saison avec lui. Il était encore en Juvenil, mais déjà bien au-dessus du lot. Et pourtant, après avoir dit tout ça, je dois dire que j'aime beaucoup le football.
En 2012, tu as signé pour Eibar, le club de ta ville natale. Pourquoi est-ce que tu n'y as pas joué avant ? D'une, parce que j'ai suivi toute ma formation à la Real Sociedad. À cette époque, Eibar était loin d'être le club qu'il est aujourd'hui. Une fois que j'ai signé à la Real, je ne voulais pas en partir si vite, ça n'aurait pas rimé à grand-chose...
Tu ressens de la fierté à être le seul joueur du cru de l'équipe ? Hombre, c'est une sacré fierté que de représenter l'équipe de ma ville, de profiter de tout ce bonheur avec les habitants d'Eibar. Mais je suis avant tout content pour l'équipe parce que c'est la première fois que nous sommes en Première Division. C'est quelque chose d'historique, et de super à vivre.
Tu dois connaître tout le monde à Eibar ? Tu pourrais devenir maire après, non ? Eibar est une ville qui n'est vraiment pas grande, du coup j'y connais beaucoup de monde. Peut-être pas tout le monde dans le village, mais presque. Les gens sont très agréables avec moi, ils me transmettent leur soutien tous les jours. En vérité, c'est une chance énorme que j'ai de pouvoir partager cela avec eux....




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant