Joly, Mélenchon et Poutou réunis contre le mal-logement

le
2

PARIS (Reuters) - Trois candidats de gauche à l'élection présidentielle de 2012 en France ont plaidé lundi soir pour un plus grand encadrement des loyers et pour la construction de logements sociaux supplémentaires.

La candidate d'Europe Ecologie-les Verts (EELV) Eva Joly, celui du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon et le représentant du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou participaient à un rassemblement contre le mal-logement organisé par un collectif d'associations à l'appel du Droit au logement (DAL) et de la fondation Copernic au théâtre du Rond-Point à Paris.

"Il n'y a pas d'inégalité plus insupportable, d'injustice plus révoltante que le fait que les pouvoirs publics aient renoncé à réguler le marché des loyers, traitant le logement comme n'importe quel autre bien", a déclaré la candidate écologiste, se disant fière de compter dans son équipe des membres du collectif Jeudi noir, qui milite contre la flambée des loyers.

Dénonçant l'augmentation du nombre de sans-abris, la "hausse vertigineuse" des loyers, et la "précarité énergétique", Eva Joly a défendu, entre autres mesures, un moratoire de trois ans sur les prix des loyers.

Elle a dit vouloir créer 150.000 logements sociaux par an et faire passer à 25% sur l'ensemble du territoire et jusqu'à 30% en région parisienne le quota de logements sociaux imposé dans les communes de plus de 3.500 habitants. Il est aujourd'hui de 20%.

L'ancienne magistrate a ajouté qu'elle entendait réhabiliter 300.000 logements par an pour les mettre aux normes environnementales. Une mesure qui d'après elle devrait permettre de faire diminuer les factures énergétiques des familles.

Se différenciant de la candidate écologiste, Jean-Luc Mélenchon a pour sa part prôné une baisse des prix des loyers, suggérant de fixer le prix maximum au prix moyen dans chaque bassin.

"Il faut trancher le noeud gordien", a-t-il déclaré à la presse. "Maintenant, tout le monde est malheureux, ceux qui ne sont pas propriétaires parce que les loyers sont durs à payer et ceux qui sont propriétaires parce qu'ils croient qu'ils sont propriétaires, mais en réalité ils sont juste locataires de leur banque".

Le candidat du Front de gauche a également plaidé pour la réquisition des logements vides, la construction de 200.000 logements sociaux par an pour atteindre le million d'ici cinq ans, et l'arrêt des expulsions locatives. Des propositions soutenues par le candidat anticapitaliste Philippe Poutou.

"Plus on est nombreux à défendre ce genre de cause, mieux c'est", a-t-il dit à la presse avant d'entrer dans le théâtre. "Ce qui est bien, c'est que quand il y a des stars qui viennent, ça aide à populariser un combat", a-t-il ajouté en référence à la présence d'Eva Joly et de Jean-Luc Mélenchon.

Chine Labbé, édité par Elizabeth Pineau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le mardi 10 jan 2012 à 10:38

    ils n'ont qu'à les loger chez eux

  • chatnour le lundi 9 jan 2012 à 22:48

    Où habitent-ils d'ailleurs ces trois là ? Dans des caisses en carton ? Sous un métro aérien ? ou bien plus probablement dans des appartements ou des maisons bien chauffés, comme d'ailleurs la quasi totalité de ceux qui prétendent "militer" en faveur des sans-logis ? Trop facile de se donner bonne conscience à si bon compte. Je préfère encore mon égoïsme non culpabilisant mais non destructeur et surtout plus soucieux et responsable des deniers publics.