Johnny L'Embrouille

le
0
Johnny L'Embrouille
Johnny L'Embrouille

À 34 ans, Johnny Herrera, gardien de la Universidad de Chile, participe à sa première Copa América. Une récompense pour un joueur qui collectionne les polémiques. Entres autres : homicide, alcoolisme et haine invétérée de Colo-Colo.

La vie d'un gardien de but peut basculer d'un jour à l'autre. Une erreur, et la vox populi hurle à l'incompétence. Un sauvetage, et c'est la glorification. Johnny Herrera, gardien de but chilien, sait parfaitement manier la dualité de ce poste. Adulé dans sa ville natale d'Angol et dans son club de la Universidad de Chile, "Superboy" est la cible constante de critiques au pays d'Alexis Sánchez. Et pour cause, le médaillé de bronze des JO de Sydney avec le Chili est un homme porté sur la controverse. L'idole de la U - sept titres de champions à son actif, un record - a vu sa carrière basculer dans la matinée du 20 décembre 2009, sur une route de la commune de La Reina.

Accusé de "quasi-homicide"


Le cas Arturo Vidal - récemment arrêté en état d'ébriété après avoir causé un accident, puis libéré - est l'un des nombreux exemples des problèmes avec la boisson de cette génération chilienne. Johnny Herrera a lui combiné drame et polémique. En décembre 2009, passablement éméché et en excès de vitesse, Herrera renverse et tue sur le coup Macarena Casassus, étudiante de 22 ans. Le gardien, qui évoluait à l'époque à Audax Italiano, sera arrêté avec 0,46 gramme d'alcool par litre de sang. Comme Vidal, Herrera a bénéficié de l'absurde clémence de la justice chilienne. La loi en vigueur en 2009 estimait que conduire avec un taux d'alcool dans le sang rimait avec prendre le volant "sous l'influence de l'alcool". De fait, Herrera, malgré la mort de la jeune fille qui a été traînée sur 300 mètres, sera inculpé pour "quasi-délit d'homicide". Le gardien chilien échappe à la prison, grâce à un accord avec la famille : Herrera doit payer 25 millions de pesos (environ 35 000 euros) aux proches de la jeune fille. De plus, le permis du joueur sera retiré pour seulement six mois, et des travaux d'intérêt général lui seront imposés. "L'irréprochable conduite d'Herrera antérieure aux faits" l'a sauvé, selon le procureur Fransico Lara. Une affirmation qui contraste avec le goût de la polémique dont Herrera a témoigné tout au long de son parcours.

Un joueur-supporter


Parmi ses cibles préférées, Herrera accorde un traitement particulier aux joueurs et supporters de Colo-Colo, club ennemi de la Universidad de Chile. À son tableau de chasse, le troisième gardien chilien de la Copa…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant