John Toshack, la résurrection

le
0
John Toshack, la résurrection
John Toshack, la résurrection

L'ancien attaquant de Liverpool a vécu une carrière d'entraîneur tourmentée. Champion d'Espagne 89-90 avec le Real Madrid, Toshack a également subi plusieurs camouflets (Macédoine, Pays de Galles, un passage express à Saint-Etienne) au cours d'un périple qui l'a mené dans 9 pays. 10 mois passés au Maroc l'ont remis en selle et requinqué le Wydad Casablanca. Les Rouges, leaders du championnat, pourraient faire un pas de géant vers le titre en cas de succès face au Raja à l'occasion du 118ème derby.

Pour décrire la décontraction avec laquelle le WAC s'est plongé dans cette saison 2014-2015, une scène vaut mieux que tous les discours. Le 18 octobre dernier, le Kawkab de Marrakech et le Wydad, respectivement 1er et 2ème du championnat après 4 journées, croisent le fer dans le Grand Stade destiné à abriter la Coupe du Monde des Clubs. John Toshack débarque pour reconnaître l'état du terrain, s'installe au poste de caméraman encore vacant, et braque la caméra vers la partie du stade ou sont massés les 10 000 wydadis qui ont fait le déplacement, déclenchant chants et craquage de fumigènes. Puis il repart aux vestiaires, les mains dans les poches, sous les acclamations, sans un regard pour la pelouse. Les supporters sont conquis, et Nabil, membre des Winners (le groupe d'ultras du Wydad) exprime l'enthousiasme général : " Chez nous, le foot espagnol est une référence. Ce gars-là a entraîné le Real Madrid. Jamais le Real ne confierait son équipe à un nul, on ne s'est pas fait arnaquer. C'est un bon, et grâce à lui, on va remporter le championnat. "
Le ticket Chafni-Toshack
Ce club assoiffé de titres avait bien besoin d'un peu de sérénité, après une saison cataclysmique : la gestion désastreuse de l'ex-président Akram, les supporters qui boycottent les matchs à domicile, le championnat 2013-2014 terminé à la 6ème place, et la formule lapidaire " Akram Dégage " visible aux 4 coins de Casablanca (certains supporters iront même jusqu'à taguer la phrase sur des murs à Ouarzazate et Agadir, à des centaines de kilomètres de la Ville Blanche, pour exprimer leur désapprobation). Saïd Naciri arrive à la tête du club au début de l'été, réinjecte de l'argent et propose aux supporters un package des plus attrayants : John Toshack, ancien coach du Real Madrid et de la Real Sociédad, et Kamel Chafni, l'ex-Auxerrois qui signe un contrat de 2 ans et devient le transfert le plus cher de l'histoire du championnat (9 millions de dirhams, soit près de 900 000 euros).

L'histoire commune de ce couple improbable ne fera pas long feu. Chafni, blessé durant la préparation, sera rapidement écarté par Toshack. Contrairement à beaucoup d'entraîneurs européens qui abordent leur première expérience au Maghreb avec de l'arrogance, le Gallois annonce la couleur dés sa première conférence de presse : " Je ne connais pas le football marocain. Je vais jauger le niveau de mon effectif, le niveau des adversaires,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant