John Lydon : "Martial aurait dû refuser la spéculation autour de son nom"

le
0
John Lydon : "Martial aurait dû refuser la spéculation autour de son nom"
John Lydon : "Martial aurait dû refuser la spéculation autour de son nom"

Les Sex Pistols, on connaît. Public Image Limited, aussi. La passion de John Lydon pour Arsenal, également. Ce qu'on ne savait pas, c'est la réticence de ce dernier envers le foot moderne, qu'il juge sans âme et surfait. Alors que vient de sortir What The Worlds Needs Now de PiL, il s'explique.

Il y a trois ans, tu nous disais que tu étais nostalgique d'Arsenal, c'est toujours le cas ? Bien sûr, et je vais te dire pourquoi. Lorsque j'étais gamin et que mon père m'a fait découvrir Arsenal, il n'y avait pas d'autres options : il fallait supporter l'équipe de notre ville. Pas parce qu'elle était plus forte que celle d'une autre ville, mais parce que c'était notre culture, il fallait soutenir ceux qui avaient grandi et vivaient au même endroit que nous. C'est ce que je ne comprends plus avec le foot actuel, où n'importe quel mec va prétendre avoir une connexion particulière avec Manchester, Barcelone ou Paris. C'est comme si le football moderne voulait détruire toute forme d'attachement que peut avoir un supporter envers sa ville d'origine.
Du coup, tu t'es mis à supporter une équipe américaine depuis que tu vis en Californie ? Non, je reste un supporter d'Arsenal, je continue de regarder les matchs de mon équipe et j'essaie de transmettre ma vision du foot au reste de ma famille.
Arsène Wenger a refusé de participer à la folie du marché des transferts cet été. Quel est ton avis par rapport à ça ? Il a tout à fait raison, et c'est bien l'un des rares managers à avoir pris conscience que le monde du football devenait complètement fou. C'est un jeu, après tout. Ne l'oublions pas ! Le foot n'est pas qu'une histoire de trophées, de transferts coûteux et de stars. C'est un sport qui doit rester équitable pour tous.
Tu penses que le foot est trop dirigé par l'argent ? Je pense que le football actuel est surfait. Il y a beaucoup trop de millionnaires et d'agents qui ont pris le contrôle de ce sport et ont dénué les clubs de leur âme ou de ce qui peut les caractériser. Si j'étais jeune aujourd'hui, je ne verrais pas la différence entre les grands clubs européens. Ils ont tous la même approche du football. La seule chose qui les différencie, c'est leur histoire. Ce qui prouve bien que les gens, de prime abord, sont plus attachés à l'humain qu'au business.
Il y a des cas qui fonctionnent malgré tout. Regarde Martial à Manchester, ça démarre plutôt bien Ce n'est qu'un début, il faudra voir par la suite, même si je lui souhaite de réussir.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant