John Kerry, du Vietnam à la Syrie

le
0
Le «peacenik» devenu «faucon» a marqué par sa clarté et sa détermination dans le dossier syrien, tranchant avec l'attitude hésitante de Barack Obama.

Correspondante à Washington

En 1971, un jeune officier de marine américain aux cheveux noirs mi-longs nommé John Kerry plaidait avec passion la cause d'un retrait du Vietnam devant les élus du prestigieux comité des relations extérieures du Sénat. «Comment expliquez-vous à un homme qu'il doit être le dernier à mourir pour une erreur?», lança dans une formule restée célèbre ce jeune officier de 27 ans, décoré de nombreuses médailles, pour avoir notamment plongé dans le Mékong et tué un Vietcong qui menaçait ses hommes avec un fusil-mitrailleur. «Les Vietnamiens veulent que les États-Unis les laissent tranquilles», ajouta-t-il lors d'une séance qui allait le projeter en politique. Quarante-deux ans plus tard, un John Kerry aux cheveux gris a plaidé ces derniers jours devant le même comité avec une pa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant