John Kerry confiant sur les négociations de paix en Syrie

le
0
 (Actualisé avec citations, précisions) 
    RYAD, 23 janvier (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain 
John Kerry a exprimé sa confiance samedi de voir se tenir les 
négociations de paix pour mettre fin à la guerre en Syrie après 
des entretiens avec les dirigeants du Conseil de coopération du 
Golfe (CCG) en Arabie saoudite.  
    "Nous sommes convaincus que, grâce à une bonne initiative 
dans les prochains jours, ces discussions pourront se tenir et 
que le représentant spécial de l'Onu, Staffan de Mistura, 
réunira les participants de manière appropriée pour des 
discussions de proximité qui auront lieu lors de la première 
réunion à Genève", a déclaré John Kerry. 
    Les discussions de paix sur la Syrie doivent en principe 
commencer lundi à Genève, mais cette date apparaît désormais 
incertaine notamment en raison d'un différend sur la composition 
de la délégation représentant l'opposition au président syrien 
Bachar al Assad. 
    Pour John Kerry, les grandes puissances se réuniront après 
une première série de négociations. 
    "Je n'annoncerai pas de date, mais nous sommes tous d'accord 
pour dire qu'immédiatement après achèvement du premier tour de 
discussions sur la Syrie, le Groupe international de soutien à 
la Syrie (ISS) se réunira, et cela dans un très bref délai, 
parce que nous voulons que le processus aille de l'avant", a 
déclaré le chef de la diplomatie américaine. 
    Outre le désaccord sur la composition de la délégation 
d'opposition, les parties au processus de paix sont également 
divisées sur le sort à réserver au président syrien Bachar al 
Assad, le tout dans un contexte de détérioration des relations 
entre l'Iran, qui soutien le président syrien, et l'Arabie 
saoudite, qui est derrière une partie de l'opposition. 
    Le secrétaire d'Etat américain, a reconnu que le processus 
était "difficile". "Si c'était facile, a-t-il dit, il aurait eu 
lieu il y a longtemps." 
    Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al 
Djoubeïr, a déclaré que son pays travaillait avec les Etats-Unis 
sur la façon d'écarter Bachar al Assad du pouvoir.  
    "Nous travaillons avec nos amis Américains sur la façon de 
destituer Bachar al Assad de Syrie et d'orienter le pays vers un 
avenir meilleur", a-t-il déclaré. 
    Après avoir eu des discussions avec des représentants des 
six pays du CCG (Arabie saoudite, Bahreïn, Koweït, Qatar, Oman 
et Emirats arabes unis), John Kerry doit encore s'entretenir 
avec Riad Hidjab, président du Haut comité des négociations 
(HCN), une structure de l'opposition syrienne, formée à Ryad le 
mois dernier. 
 
 (David Brunnstorm; Pierre Sérisier et Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant