John Kerry appelle Edward Snowden à «être un homme» et revenir aux Etats-Unis

le
0
John Kerry appelle Edward Snowden à «être un homme» et revenir aux Etats-Unis
John Kerry appelle Edward Snowden à «être un homme» et revenir aux Etats-Unis

«Revenir : c'est ce qu'un patriote ferait». Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a joué sur les sentiments patriotiques pour tenter d'interpeller ce mercredi Edward Snowden, ancien consultant de l'agence de sécurité nationale NSA réfugié en Russie, dont il souhaite le retour aux Etats-Unis. S'exprimant sur la chaîne de télévision CBS, John Kerry a avancé : «Si Edward Snowden veut revenir aux Etats-Unis, nous pouvons le mettre dans un avion dès aujourd'hui. Nous serions ravis qu'il revienne». Et d'insister : «Et il devrait revenir, c'est ce qu'un patriote ferait».

John Kerry a également eu des mots durs à l'encontre du jeune homme, à l'origine des révélations sur l'étendue des programmes de surveillance menés par les Etats-Unis. «Pour faire court, c'est un homme qui a trahi son pays, qui est en Russie, un pays autoritaire où il a trouvé refuge, a-t-il fustigé. Il devrait être un homme et revenir aux Etats-Unis».

Selon le secrétaire d'Etat, «un patriote ne s'enfuirait pas et ne trouverait pas refuge en Russie ou à Cuba ou dans un autre pays. Un patriote reviendrait aux Etats-Unis et ferait valoir ses arguments devant le peuple américain». 

Snowden aurait reçu une «formation d'espion» et travaillé «sous couverture»

Le secrétaire d'Etat réagissait à quelques heures d'une l'interview du consultant américain, diffusée sur NBC news, qui sera diffusée ce mercredi soir, mais dont quelques extraits sont en ligne sur le site NBC depuis mardi. Edward Snowden, ancien consultant de l'agence de sécurité nationale NSA, y assure  avoir reçu une «formation d'espion» et travaillé «sous couverture» à l'étranger pour la CIA.

Lors de cette interview réalisée à Moscou, Edward Snowden dit vouloir réfuter l'idée propagée, d'après lui, par Washington, selon laquelle il n'est qu'un «analyste de base». Le gouvernement américain «essaye de mettre en avant un poste que j'ai eu dans ma carrière pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant