John Cryan nommé co-président du directoire de Deutsche Bank

le , mis à jour à 16:16
0
JOHN CRYAN NOMMÉ CO-PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE DEUTSCHE BANK
JOHN CRYAN NOMMÉ CO-PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE DEUTSCHE BANK

par Thomas Atkins et Edward Taylor

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank a annoncé dimanche la nomination de John Cryan au poste de président du directoire après la démission surprise des deux titulaires actuels, Anshu Jain et Jürgen Fitschen, qui faisaient l'objet de critiques de plus en plus vives de certains actionnaires.

John Cryan, un Britannique de 54 ans, siégeait depuis 2013 au conseil de surveillance de la première banque allemande et avait auparavant été directeur financier de la banque suisse UBS. Il remplacera Anshu Jain dès le 1er juillet puis occupera seul la présidence du directoire après le départ de Jürgen Fitschen programmé pour mai 2016.

Deutsche Bank peine à redresser son image ternie par une série d'affaires et sa stratégie de banque universelle a été vivement critiquée lors de son assemblée générale le mois dernier.

Pour apaiser la colère des actionnaires et améliorer ses performances, la banque basée à Francfort a renforcé les pouvoirs d'Anshu Jain en lui confiant la responsabilité de la réorganisation en cours du groupe et d'un plan d'économies de 4,7 milliards d'euros, mais cette refonte de la direction a été accueillie par des protestations des salariés du siège qui ont appelé à la démission du co-président du directoire.

Le groupe bancaire s'est refusé à tout commentaire sur les démissions de ses dirigeants. Anshu Jain n'a pas répondu à un message laissé sur son téléphone et John Cryan comme Paul Achleitner, le président du conseil de surveillance, n'ont pu être joints.

"Je ne ferai de commentaire sur rien", a dit de son côté le directeur financier Marcus Schenck, joint par téléphone.

Anshu Jain, d'origine indienne, avait été promu en 2012 à la direction du groupe après avoir fait de la division de banque d'investissement, dont il était le responsable, le principal moteur des bénéfices de Deutsche Bank.

Mais le durcissement de la réglementation après la crise financière et une succession de litiges, dont une amende de 2,5 milliards de dollars pour éviter un embarrassant procès dans l'affaire de manipulation des taux d'intérêt Libor, ont fait perdre son lustre à la division de banque d'investissement, que certains en interne appelaient "l'armée d'Anshu".

Le choix du groupe de le laisser gérer seul la restructuration, avec ses suppressions d'emplois, la scission de la filiale Postbank et la réduction de la voilure de la banque d'investissement, a placé l'ex-trader dans une situation difficile.

Jürgen Fitschen de son côté avait été nommé co-président du directoire pour maintenir l'identité allemande du groupe mais il doit comparaître actuellement une fois par semaine à un tribunal de Munich où il est jugé pour faux-témoignage dans l'affaire de la faillite du groupe de médias Kirch en 2002. Dans cet interminable feuilleton judiciaire, les héritiers de Leo Kirch, mort en 2011, accusent Deutsche Bank d'avoir provoqué la faillite de l'empire et lui réclament des dommages et intérêts.

John Cryan hérite du nouveau plan stratégique qui a été critiqué par certains actionnaires comme insuffisant et arrivant trop tard.

Il lui faudra dans un premier temps décider des modalités d'application du plan ou décider d'en proposer un autre, commente Chris Wheeler, analyste chez Atlantic Equities à Londres.

"Il reste beaucoup à faire. C'est l'une des banques d'investissement les plus importantes du monde et le champion national allemand", ajoute-t-il.

(avec la contribution de Steve Slater à Londres, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant