Johan Passave-Ducteil : " J'agace mes coéquipiers avec le foot "

le
0
Johan Passave-Ducteil : " J'agace mes coéquipiers avec le foot "
Johan Passave-Ducteil : " J'agace mes coéquipiers avec le foot "

Dimanche dernier, la JSF Nanterre, le club de basket qui déjoue tous les pronostics depuis quelques saisons, a remporté l'Eurochallenge dans la salle de Trabzonspor. Une victoire au bout du suspense, acquise grâce à une passe décisive de son pivot, Johan Passave-Ducteil. Le totem de la JSF qui, il y a quelques années encore, ne jurait que par le ballon rond.

Raconte-nous les toutes dernières secondes de cette finale d'Eurochallenge face au Trabzonspor... Il restait onze secondes au moment de la remise en jeu. On était menés d'un point. Le coach avait demandé un temps mort, il avait appelé un système pour décaler Kyle Weems qui avait mis les gros shoots pour nous permettre de revenir en fin de quatrième quart-temps. Et la seconde option était de faire sortir Jamal Shuler. Remise en jeu, Weems a le ballon, tout se passe comme prévu, sauf qu'en face, les mecs défendent hyper bien. Il me fait la passe. J'arme, en pensant qu'il faut tirer, mais finalement, je vois Joseph Gomis qui est mieux placé, je la lui passe, Gomis la passe à Campbell qui shoote...
...Et il rate, sauf que tu te bats pour aller chercher le rebond entre deux mecs. Comme je ne suis pas le plus grand des intérieurs, je la tape une première fois pour ramener la balle vers moi. Je l'attrape en deux temps, j'arrive à faire un pied de pivot, je m'oriente vers le cercle et je fais la passe à T.J. Campbell...
Cette passe, c'est de l'instinct, ou bien tu savais déjà que Campbell viendrait là ? Un peu des deux, en fait. Au moment où je fais la passe à Gomis, j'ai vu qu'il ne restait plus que sept secondes de jeu. Lorsque Campbell prend son shoot, je sais qu'il ne reste vraiment plus beaucoup de temps. Tout s'est enchaîné très vite : par instinct, je suis allé vers le cercle, en me disant qu'il y aurait peut-être quelqu'un, je prends un rebond entre deux personnes, donc j'allais pas avoir un shoot facile. D'où la passe.

Nanterre marque le panier décisif à 1/10e de seconde de la fin. Tout le monde est content, mais ce n'est pas fini... Les arbitres nous calment, pour regarder la vidéo. Tu es euphorique, donc tu penses que rien ne peut t'arriver. Mais voilà, tu joues un Final Four à l'étranger, il y a l'arbitrage maison, donc on ne sait jamais... Ce furent les plus longues minutes de ma vie. Et puis finalement, l'arbitre a validé le panier, explosion de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant