Johan Lolos, photographe baroudeur devenu "influenceur"

le
0
Johan Lolos, photographe baroudeur devenu "influenceur"
Johan Lolos, photographe baroudeur devenu "influenceur"

Parcourant depuis trois ans le monde à la recherche de paysages à couper le souffle, le photographe belge Johan Lolos, 28 ans, est désormais ce qu'on appelle un "influenceur" professionnel sur les réseaux sociaux: il est payé par des agences de tourisme pour faire la promotion de leur destination."Etre un influenceur consiste à être actif sur les réseaux sociaux et à travailler avec des clients qui voudraient profiter de l'exposition que je peux leur apporter à travers les photographies que je poste sur mon compte Instagram", a expliqué à l'AFP Johan Lolos, de passage à Bruxelles."Je travaille essentiellement avec des agences de tourisme et des marques de loisirs nature", ajoute le jeune homme, qui expose pour la première fois une soixantaine de ses clichés, dont certains tirés en très grand format, à l'EGallery de Bruxelles jusqu'au 5 juin.Diplômé en relations publiques à Bruxelles en 2013, Johan Lolos s'envole pour l'Australie, où, en plus d'un travail pour un magazine de voyage, il publie ses premières photographies de paysages sur Instagram, réseau de partage de photos et vidéos.Les clichés du jeune homme, qui a consacré son travail de fin d'études à "l'utilisation des réseaux sociaux" par les entreprises, gagnent en notoriété et sont repérées par des médias comme le National Geographic, BuzzFeed ou le Daily Mail, qui les publient à leur tour."Il y a eu un effet boule de neige et les abonnés ont commencé à suivre", se souvient le photographe, qui arbore une barbe de trois jours savamment taillée et une chemise de trappeur sur sa page d'accueil.Fin 2014, il part en Nouvelle-Zélande. Après trois mois sur la route, il devient photographe officiel de l'office de tourisme de Wanaka, dans le sud du pays. Grâce à Johan Lolos et à d'autres "influenceurs", le nombre de touristes visitant cette région aux paysages spectaculaires a crû de 14% entre janvier 2015 et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant