Johan Cruijff, le business man volant

le
0
Johan Cruijff, le business man volant
Johan Cruijff, le business man volant

" Je gagne plus que ce que je dépense Mais combien je dépense ? Aucune idée. " L'argent a toujours été un moteur dans la vie de Johan Cruijff, de ses débuts à l'Ajax à 16 ans jusqu'à sa reconversion réussie comme entrepreneur. Analyse de sa courbe de vie à la lueur du contenu de ses comptes bancaires.

1947

Le 25 avril, le petit Hendrik Johannes Cruijff né à Amsterdam. À poil, au sens propre comme au figuré, dans une famille de commerçants modestes dont le magasin de légumes s'appelle " Cruijff Pommes de terre ".

1959

Cruijff senior rend l'âme suite à une crise cardiaque. La mère doit prendre un poste de femme de ménage à l'Ajax d'Amsterdam, où elle inscrit Johan. Pour lui, c'est le début d'une psychose à propos de l'avenir. Persuadé qu'il faut assurer ses arrières, car une blessure ou une maladie sont vite arrivées, il devient un vrai roi de la négociation. " Très tôt, j'ai dû apprendre à me défendre seul ", dit-il dans L'Équipe en juin 2014.

1963

Il signe son premier contrat pro à l'Ajax, à 15 000 florins annuels (moins de 7000 euros aujourd'hui). Un an plus tard, alors qu'il accède à l'équipe première, il tape du poing sur la table : " On voulait me donner le même salaire que celui que je gagnais en juniors. Je leur ai dit : "Je vais travailler autant que les autres, qui vont gagner dix fois plus que moi ? Pas question." " Ses dirigeants se couchent.

1967

Les frères Du Buy, propriétaires des droits de distribution de Puma aux Pays-Bas, parviennent à signer Cruijff pour 1500 florins (680 euros) par match et entraînement. Problème : le Hollandais volant est mal dans ses pompes. La marque teutonne lui envoie 40 modèles différents dont un sur mesure. Sans succès, l'affaire est portée devant les tribunaux.

Danny et Johan Cruyff

1968

Affaire Puma toujours, Cruijff est finalement condamné à sortir les sous de sa propre poche. L'ardoise est effacée quand il signe un nouveau contrat à 25 000 florins l'année (11 344 euros) sur trois ans pour la griffe féline. Reste qu'il se fait griller par son sponsor dans De Telegraaf avec des Adidas. La même année, il se marie avec Danny Coster et engage son beau-père Cor Coster comme agent, le début d'une collaboration fructueuse.







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant