Joggeuse : le meurtre garde son mystère

le
0
Un an après sa disparition, une marche silencieuse est organisée mardi à Bouloc en mémoire de Patricia Bouchon.

À Bouloc, commune de 4000 habitants située au nord de Toulouse, «la mort de Patricia Bouchon a été un grand choc», insiste le maire, Christian Fauries, «la population a été traumatisée»». Un an après sa disparition, survenue le 14 février 2011, la municipalité et les membres de la famille ont décidé d'organiser demain, mardi 14 février, à 10 heures, une marche silencieuse à la mémoire de cette mère de famille âgée de 49 ans, secrétaire dans un cabinet d'avocats toulousain. «Il est important de se souvenir de maman. La Saint-Valentin, c'est la fête des amoureux. Pour nous, c'est plutôt un cauchemar. Impos­sible d'oublier», raconte sa fille, Carlyne, 27 ans.

Ce jour-là, en 2011, à 4 h 30, comme tous les jours, Patricia Bouchon va faire son footing sur un circuit de plusieurs kilomètres autour du domicile du couple. À 6 heures, comme elle n'est pas rentrée, son mari, Christian, alerte les secours. Très ra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant