Joffrey Lauvergne se voit prolonger à Denver

le
0

Désormais en vacances suite à la non-qualification des Denver Nuggets pour les play-offs, l’ailier-fort français Joffrey Lauvergne est certain de prolonger son contrat cet été, et a désormais hâte de jouer des matchs-couperets avec les Bleus, a-t-il confié à Basket USA.

Onzième de la Conférence Ouest, Denver ne s’est pas qualifié pour les play-offs pour la troisième saison d’affilée. Joffrey Lauvergne (7,9pts et 4,9rbds de moyenne cette saison) est donc déjà en vacances, afin de se reposer avant un été qui s’annonce chargé. Contractuellement et sportivement. Arrivé chez les Nuggets en 2015, l’intérieur français de 24 ans se voit bien prolonger cet été. « L’année prochaine est une option qui doit être levée par le club. Elle ne sera garantie qu’au premier match de la saison. Mais ils vont me prolonger cet été, j’en suis persuadé. Est-ce que c’est une bonne chose pour moi ? On verra », explique l’ancien du Partizan Belgrade dans une interview à Basket USA.

Les 76ers ou le Fener ?

Pas toujours titulaire dans cette saison où son temps de jeu a connu des hauts et des bas, Lauvergne se demande s’il va faire toute sa carrière en NBA. « Il vaut mieux jouer à Philly (pire équipe de la NBA avec seulement 10 victoires en 82 matchs) ou à Fenerbahce (quart de finaliste de l’Euroligue, au minimum, ndlr) ? Je sais que certains mecs me répondraient Philly mais ce n’est pas comme ça que je pense. Cela ne veut pas dire que je veux rentrer en Europe maintenant. Si la saison prochaine se passe aussi bien que cette année je pense que je resterai », confie-t-il.

Enfin des matchs à enjeu

En attendant, l’Alsacien va passer son été avec les Bleus, avec le TQO en juillet à Manille et, si tout se passe bien, les Jeux Olympiques en août à Rio. L’occasion pour lui de jouer enfin des matchs-couperets, après une fin de saison sans enjeu avec les Nuggets. « Pour moi les Bleus ça a toujours été super important mais là oui, j’attends vraiment ça avec impatience. Les matchs où tu as la boule au ventre et la peur de perdre ou de ne pas être bon, ça me manque. Les gros matchs moi ça me galvanise. Ici tu joues tous les deux jours, tu gagnes ou tu perds sans que ça soit non plus super grave », regrette-t-il. Heureusement pour lui, ça ne sera pas le cas avec les Bleus.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant